Solidarité

Amiens lance son nouveau pacte social

Mi-septembre, la ville d’Amiens lançait à Mégacité son nouveau pacte social. Cet outil portant aussi bien sur l’inclusion, la lutte contre la précarité, l’alimentation, la mobilité ou encore l’éducation sera co-construit avec les associations, les habitants et les partenaires institutionnels. Il sera mis en œuvre début 2021.

300 personnes ont participé au lancement de ce Pacte pour le bien-vivre à Amiens.© Aletheia Press / DLP

« Ce nouveau pacte s’inscrit dans la continuité du premier, élaboré lors de la mandature précédente dont 98% des actions ont été engagés, souligne Mathilde Roy, adjointe au maire déléguée au Pacte pour le bien-vivre et l’accessibilité à Amiens. L’objectif est notamment de répondre à des sujets comme la fracture numérique, les difficultés scolaires, les jeunes ou encore la précarité qui n’étaient pas si prégnants il y a six ans. »

Aujourd’hui, plus de 8 600 personnes, soit 25% de la population amiénoise, vivent sous le seuil de pauvreté. Un chiffre bien supérieur à la moyenne nationale (14%). Ce Pacte pour le bien-vivre à Amiens fera l’objet d’une large concertation avec les acteurs de terrain – associations, Caf, Carsat, État, Département, habitants – avant que la mairie n’établisse un chiffrage des différentes mesures retenues. Le projet sera ensuite présenté au vote en fin d’année avant une mise en œuvre à partir de 2021. Si la déclinaison des axes stratégiques reste à définir, ne permettant d’établir un budget prévisionnel, le pacte précédent avait bénéficié d’une enveloppe de 26,4 millions d’euros. La version 2020/ 2026 devrait se situer « dans la même fourchette ».

« Le bien-vivre est essentiel pour renforcer l’attractivité de notre territoire et peut avoir une portée favorable »

Mobilisation générale

« Nous avons organisé un séminaire avec l’ensemble des élus qui portait sur la ville de demain et l’Innovation sociale. Nous devons anticiper les besoins de la population. Nous savons être réactifs et novateurs comme nous l’avons montré sur la question de la formation aux outils du numérique ou la mise en place d’une aide alimentaire pour les étudiants pendant la crise sanitaire », souligne Mathilde Roy.

Après plusieurs réunions de travail, la ville d’Amiens a déjà défini quatre axes stratégiques qui guideront les débats : « Amiens ville solidaire inclusive et innovante »/ « Renforcer la qualité de vie à Amiens pour tous »/ « Agir toujours au plus près des Amiénois »/ « S’investir et s’engager ensemble pour Amiens ». « Le bien-vivre est essentiel pour renforcer l’attractivité de notre territoire et peut avoir une portée favorable, sur l’emploi notamment », poursuit l’élue.

Concertation élargie

Depuis le 23 septembre et jusqu’au 17 octobre, 45 ateliers de concertation de deux heures en moyenne sont organisés à l’Espace Dewailly à Amiens. Ouverts à tous sur inscription, ils doivent permettre de faire émerger des sujets, des idées qui pourront aboutir à des réalisations concrètes.

Une concertation qui doit associer les 300 associations d’action sociale implantées sur la métropole mais aussi les 650 agents dédiés à cette thématique. Un questionnaire citoyen sera également mis en ligne pour élargir un maximum la consultation. Ces travaux seront restitués le 10 novembre prochain sous forme d’une grande conférence.