Événementiel

« L’enjeu, c’est de faire un carton pour être à nouveau à 20 salariés »

La belle croissance de la petite entreprise, Éphémère Square, dans l’événementiel, a été stoppée net par la pandémie. Ses deux fondateurs ont changé radicalement de cap, transformant leurs stands en pergolas. Le défi, conserver leurs 20 salariés, n’est pas encore gagné. Entretien avec Thibaut Mervoyer, co-fondateur de la French Cabane.

Thibaut Mervoyer doit agir vite pour sauver son activité. (c)French Cabane

Comment la crise a-t-elle cueilli votre entreprise, Éphémère Square ?

Thibaut Mervoyer : Cela fait cinq ans qu’avec mon associé, nous avons créé notre entreprise dans le secteur de l’événementiel, où une bonne partie de l’offre de stands est jetable. Nous avons voulu faire de l’éphémère de manière plus durable, avec des stands modulables en matériaux durables. L’an dernier, avec une vingtaine de salariés, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 1,6 million d’euros. Pour cette année, la prévision était de 3 millions… Mais dès février, notre premier événement a été annulé, puis très vite, cela a été le cas de tous les salons. Au tout début, nous nous sommes dit que nous allions en profiter pour améliorer nos process, réaliser une production pour une commande importante prévue pour avril… Mais nous avons vite réalisé qu’il était utopique de demander aux salariés de continuer à travailler dans ces circonstances. Par ailleurs, il y a eu une espèce de guerre à la trésorerie, des gens qui arrêtaient de payer. Comme des salons déjà programmés, supposés verser des acomptes… Nous avons compris que ces factures là ne passeraient pas.

Comment avez-vous réalisé ce changement de cap radical, de stand événementiel à pergolas pour les particuliers ?

Lorsque nous nous sommes rendus compte qu’il n’y aurait vraisemblablement pas d’activité avant septembre, nous nous sommes demandé quoi faire. Finalement, la réponse est venue rapidement, mais avec des détours ! En assistant à un Webinaire « Juste après on fait quoi ? », j’ai réalisé que c’était tout de suite qu’il fallait agir, sans attendre. Puis, j’ai compris qu’il fallait changer, se tourner vers une autre activité que l’événementiel, en suivant un coaching de l’accélérateur Annecy Outdoor Sports Valley, financé par la Région. Nous avons décidé de nous orienter vers les particuliers, avec une offre de pergolas. Au début, nous pensions que notre produit resterait le même. En fait, même si le design est ressemblant, nous avons dû repenser le produit qui était trop cher pour les particuliers. Le modèle économique aussi change complètement. Nous avons monté le projet de la French Cabane en 45 jours, soit douze fois plus vite que lorsque nous avons créé Éphémère Square : il fallait impérativement être prêts avant l’été.

Avez-vous rencontré un environnement qui vous a aidés à rebondir  ?

Dans la crise, les pouvoirs publics ont joué leur rôle, en particulier avec le chômage partiel, dont nous avons bénéficié, et le PGE (Prêt garanti par l’État) que nous avons obtenu, mais pas activé. Par ailleurs, dès que nous avons imprimé un cap, réinstauré une dynamique, nous avons rencontré beaucoup de solidarité. Nous avons lancé une campagne de financement participatif sur Ulule et obtenu 11 000 euros, quand nous en voulions 3 500. Des fournisseurs aussi se sont montrés solidaires, comme celui qui nous a fourni des pièces mécaniques en quelques jours, contre quelques semaines de délai normal. Reste que, pour l’instant, nous sommes les deux associés à travailler, avec des coups de main des salariés. On espère remettre du monde à travailler, d’ici une dizaine de jours. L’enjeu, c’est de faire un carton, pour être à nouveau à 20 salariés. Il reste trois mois à tenir avant la tenue de notre premier événement, l’université du Medef, fin août. Cela va être long !