Numérique

PrintoResto : l’appli Web qui remplace les menus

À l’heure du post-Covid-19, la vie reprend et les restaurateurs peuvent de nouveaux accueillir du public. Le seul hic : les mesures sanitaires en vigueur sont strictes. Pour répondre à cette problématique, la société amiénoise Ewill propose une solution numérique, l’application PrintoResto : une carte virtuelle des menus accessible grâce à un QR code.

Une utilisation simple et agréable.
Anthony Flamand va faire perdurer le menu digitalisé.
Frédéric Petit entend créer une autre application pour les bars.

L’ouverture des restaurants a été aussi soudaine que leur fermeture et a engendré autant de nouveaux défis. Désormais, on entre au restaurant avec un masque et on se désinfecte les mains. Des mesures sanitaires autant nécessaires que strictes qui ont poussé les restaurateurs à trouver des solutions rapides pour accueillir de nouveau du public, sans trop dépenser. C’est là que le numérique intervient. « Durant le confinement, nous avons créé une plate-forme pour aider les restaurateurs à faire de la livraison, raconte Frédéric Petit, fondateur de l’agence Web amiénoise Ewill. Et puis nous avons eu l’idée de développer une application Web pour les restaurateurs indépendants et franchisés qui doivent respecter les normes d’hygiène dans la présentation de la carte et du menu à leurs clients. »

PrintoResto est donc née au début du mois de juin, développée par les quatre collaborateurs, et anciens collègues, de l’agence. « Le concept du menu digital a rencontré un succès dès sa sortie avec 20 téléchargements par jour,  constate Frédéric Petit. Les équipes d’Ewill continuent de développer d’autres fonctionnalités pour faciliter la vie des restaurateurs : support prêts à imprimer avec le QR code, commandes et paiements via le téléphone par exemple. » Grâce à l’application, les restaurateurs n’ont pas besoin de désinfecter les cartes à chaque utilisation. « C’est un gain de temps et financier, témoigne Anthony Flamand, gérant de la Brasserie de l’Horloge à Amiens, le premier à se lancer dans l’aventure. J’ai trouvé l’idée géniale et aujourd’hui les clients sont rassurés et satisfaits. » Quant aux cartes physiques, elles ne sont pas abandonnées pour autant. « J’en garde pour ceux qui n’ont pas de smartphone ou plus de batterie ou encore les quelques réfractaires », poursuit Anthony Flamand.

Le QR code

Ces menus digitalisés sont simples à utiliser tant pour le restaurateur que pour le client. La clé de cette simplicité : le QR code. Du côté du gérant, il manie l’application comme il l’entend en ajoutant ou supprimant les menus, organisant comme il le souhaite sa carte. « Je peux changer ma carte quand je veux, comme par exemple insérer les suggestions du week-end », assure Anthony Flamand. Le QR code, personnalisé, peut-être imprimé sur la table, sur les serviettes ou tout autre objet, à la guise du restaurateur. L’ergonomie ressemble à celle d’un site marchand en ligne, ce qui ne perturbe pas les clients, habitués à ce type d’achat en ligne. Du côté des clients, il leur suffit de scanner le QR code et de choisir leurs plats et attendre qu’un serveur vienne prendre la commande. « On peut y préciser les allergènes », souligne Frédéric Petit.

Un menu complet 100% digitalisé qui ne supprime pas l’humain. « Même si cette pratique tend à s’amplifier, l’objectif n’est pas de déshumaniser le métier, précise le gérant d’Ewill. Il s’agit de proposer un service pratique et simple à intégrer dans une nouvelle façon de travailler. » L’application peut-elle perdurer post Covid-19 ? Selon le restaurateur amiénois, l’évolution du métier est en marche : « J’avais l’intention de passer à cette méthode car c’est pratique, facile et c’est un gain financier certain. Mais je voulais faire ça dans quelques temps mais le contexte a accéléré les choses et je me suis lancé et je continuerai à le faire ! » Pour tester ces menus digitalisés, PrintoResto est accessible en essai gratuit pendant un mois.