Reprise

La serrurerie-métallerie Odiot est née

Yoanne Odiot vient de reprendre l’atelier Baillet à Oisemont. Il l’a rebaptisé serrurerie-métallerie Odiot. D’ores et déjà, le bouche à oreille fonctionne à merveille, notamment sur Facebook.

Une protection de machine, destinée à une entreprise.

Dans l’atelier de 750 m², un garde-corps en acier destiné à une maison est en cours de peinture. Yoanne Odiot est fier de montrer sa réalisation. Plus loin, une protection de machines pour une entreprise industrielle de couleur jaune vif est achevé. Début février, il a débuté son activité et cet ancien salarié dans la serrurerie ne chôme pas. Les réalisations et devis sont là. Il peut compter sur un parc de 13 machines pour mener ses commandes à bien. 

« L’acier est à la mode dans les maisons. Cela donne un style »

Départ à la retraite 

« Cela fait 20 ans que je connais cet atelier, raconte t-il. Je venais ici couper et plier des tôles pour un ancien patron. C’était connu et ça avait bonne réputation. Ensuite, quand j’ai travaillé dans la serrurerie, j’ai commencé parallèlement une activité dans la serrurerie-métallerie en micro entreprise pour gagner en expérience. Si j’avais besoin d’un outil, je venais ici. La reprise, s’est faite au fur et à mesure. Je suis très content et les anciens gérants Hervé et Josiane Baillet aussi. Ils ont pu partir à la retraite. Hervé Baillet revient régulièrement. » 

Épaulé par des élus, notamment de Oisemont, il a pu bénéficier d’aides sur son loyer dans le cadre d’une opération Fisac : « Je retoucherai 20% des loyers de 2020. Cela représente quand même presque deux mois et demi de loyer », souligne-t-il. Concrètement, son entreprise qui n’assure que du sur mesure compte trois clientèles différentes demeurant une cinquantaine de kilomètres autour de Oisemont : les particuliers, les agriculteurs et les entreprises. Pour les premiers, il réalise notamment des rampes d’escaliers, des portails, des portillons, des verrières…  « L’acier est à la mode dans les maisons. Cela donne un style. C’est un matériau que j’aime car la création est quasi infinie et si on se trompe, contrairement au bois, on peut modifier », confie-t-il. 

Plans à la main 

Les agriculteurs recourent à ses services pour aiguiser ou changer les lames de godets destinées notamment à transporter des ballots mais aussi afin de faire réparer des fonds de bétaillères. Pour des entreprises d’activités diverses, il peut créer des coffrets électriques destinés au sous sol ou aux caves, des prototypes de chariots sur roulettes, des portes bouteilles de gaz, des protections diverses… 

À noter que tous les plans sont réalisés à la main. Le carnet à devis de Yoanne Odiot est déjà bien garni : « Le contact avec les clients est très bon, assure-t-il. Ils sont très compréhensifs. Comme je débute, j’ai besoin de trésorerie pour payer la matière première et les charges. Je leur explique et ils règlent assez vite. » 

Reportage réalisé avant confinement

Une partie de la clientèle est composée de particuliers.