UN TROISIÈME MAÎTRE RESTAURATEUR À SAINTVALERY-SUR-SOMME

Pascal Grimbert vient de recevoir le titre de Maître restaurateur. Dix ans après l’ouverture de son hôtel restaurant Le Vélocipède, à Saint-Valery-sur-Somme, c’est une belle reconnaissance pour cet ancien ingénieur du son. Ca fait plaisir. C’est une reconnaissance de notre travail », se réjouit Pascal Grimbert, gérant du Vélocipède à Saint-Valery-sur-Somme, juste à côté de […]

1115

Pascal Grimbert vient de recevoir le titre de Maître restaurateur. Dix ans après l’ouverture de son hôtel restaurant Le Vélocipède, à Saint-Valery-sur-Somme, c’est une belle reconnaissance pour cet ancien ingénieur du son.

Ca fait plaisir. C’est une reconnaissance de notre travail », se réjouit Pascal Grimbert, gérant du Vélocipède à Saint-Valery-sur-Somme, juste à côté de la plaque qui officialise son titre de Maître restaurateur. Accrochée à l’entrée, elle est décernée par l’État, et deux autres établissements de Saint-Valery l’arborent également. Un dossier a dû être rempli. Ensuite un audit est passé incognito. La personne regarde tout : l’assiette, bien sûr, mais aussi le restaurant, le service, l’aménagement… Ensuite, elle demande à visiter la cuisine, réclame les factures…

PAS DE MENU

« Il faut presque que l’on prouve que l’on fait de la vraie cuisine. Nous mettons un point d’honneur à travailler avec des produits de qualité, frais et locaux. » Avec son épouse, Pascal Grimbet a ouvert cet établissement de 30 couverts en salle et 15 en terrasse il y a dix ans. Ils sont passés de quatre à neuf chambres, vintage et design à la fois. L’originalité de leur restaurant, qui sert le midi du mercredi au lundi, réside dans l’absence de menu. Le client doit choisir ses entrées, plats et desserts sur une ardoise. Seules trois entrées et trois plats sont proposés. Les desserts sont plus nombreux. Pour les plats, trois possibilités différentes : poisson, viande ou végétarien. « Il y a une vraie demande pour le plat végétarien, constate le gérant du Vélocipède, car le lieu était avant un magasin de vélos. Les clients consomment de moins en moins de viande et de poisson. Bizarrement, il est arrivé que le plat végétarien soit le plus vendu des trois mais c’est celui qui demande le plus de temps de préparation. En outre, nous voyons des clients qui sont sensibles aux intolérances alimentaires. Nos légumes secs et la farine sont bio. Nous avons du lait végétal pour le petit déjeuner. »

PRODUCTEURS LOCAUX

Le restaurateur aime s’approvisionner auprès de producteurs locaux, l’un des atouts est de pouvoir livrer. La viande provient de Verneuil-en-Halatte dans l’Oise, le safran est cultivé à Ponthoile en baie de Somme, le pain est produit à Saint-Valerysur-Somme, un pêcheur du Crotoy vient apporter ses merveilles, et les bières sont concoctées dans une brasserie à Domart-en-Ponthieu… Le couple attend beaucoup de la saison 2018. Le printemps a déjà été bon et l’été s’annonce sous les meilleurs auspices avec une météo généreuse. Avec les années, les habitudes des touristes ont changé. Plus que jamais, ils réservent leur séjour au dernier moment. Le couple a appris à vivre avec cette nouvelle tendance qui leur demande une remise en question permanente.