La CCI Picardie et la réforme territoriale

Après la présentation par le gouvernement du projet de loi sur la réforme territoriale, à la CCI Picardie on estime que plus que jamais les entreprises picardes sont bien évidemment concernées. Le président Jacky Lebrun participe lui aussi au débat et expose son point de vue haut et fort.

506
Jacky Lebrun, président de la CCI Picardie, s’exprime sur les réformes fiscales et territoriales.
Jacky Lebrun, président de la CCI Picardie, s’exprime sur les réformes fiscales et territoriales.
Jacky Lebrun, président de la CCI Picardie, s’exprime sur les réformes fiscales et territoriales.
Jacky Lebrun, président de la CCI Picardie, s’exprime sur les réformes fiscales et territoriales.

La fusion de la Picardie et de la Champagne-Ardenne revient à rapprocher deux régions de poids et d’orientations économiques assez proches, à défaut d’une grande proximité historique ou culturelle. Certes, toutes deux sont tournées vers l’agriculture et l’agro-alimentaire, et avec une industrie principalement marquée par la sous-traitance mécanique. Pourtant, sur les liens, les flux, les échanges économiques, humains et les coopérations entre la Picardie et les régions limitrophes, les interactions identifiées avec Champagne-Ardenne ne sont pas les plus fortes. Jacky Lebrun, président de la chambre de commerce et d’industrie de Picardie, est en contact avec des industriels du Nord-Pas de-Calais pour un rapprochement éventuel des deux régions. « Jusqu’à présent, nous avons écouté les positions des politiques, mais il est temps que le monde économique ait son mot à dire. Nous voyons les entreprises tous les jours et elles n’ont pas de frontières. Celles dans l’Aisne travaillent avec Reims, dans la Somme avec le Nord et dans l’Oise avec Paris. Les retours que nous avons font ressortir de plus grandes affinités avec le Nord-Pas-de-Calais. Nous comptons pas moins de 50 069 ressortissants, il n’est pas question que les CCI soient mises de côté », estime-t-il.

Les entreprises en renfort

Tout comme lui, les industriels, chefs d’entreprises et commerçants de Picardie ont bien l’intention de faire entendre leur voix dans le grand débat sur la réforme territoriale. Une affinité partagée par certains industriels nordistes emmenés par Bruno Bonduelle qui penche lui aussi vers une fusion avec la Picardie au nom d’une logique historique, géographique et économique. « J’ai été approché par certains d’entre eux qui estiment que le rapprochement avec la Picardie serait une bonne chose pour tout le monde. Une rencontre est prévue dans les prochains jours. Précisons qu’en restant seul, le Nord-Pas-de-Calais passerait de la 2e  région la plus peuplée à la 7e   et en superficie, elle passerait à l’avant-dernière place », explique le président de la CCI Picardie qui pour étayer son argumentation en faveur d’une union entre les deux régions a produit des données chiffrées à partir des différents scénarios de fusion. Ainsi, le PIB, d’une région Picardie- Nord-Pas-de-Calais, se révélerait bien supérieur à celui d’une région Picardie-Champagne-Ardennne, avec quasiment 149 millions d’euros dans le premier cas contre 80 millions dans le second.

Et une réforme fiscale

Les CCI conduisent actuellement des discussions serrées avec le gouvernement à propos de leurs politiques et des ressources qui servent à les financer. Elles s’engagent elles aussi dans la réduction de la fiscalité pesant sur les entreprises, appliquant déjà le pacte de responsabilité. Ce qui représente en cumulé 700 millions d’euros de baisse de taxe pour les entreprises pour la période 2014- 2017. Les CCI entendent participer à la réduction des déficits et à l’amélioration des comptes publics. Elles proposent d’y contribuer à hauteur de 500 millions d’euros entre 2014 et 2017, dont la moitié a déjà été versée. « Ces contributions de 1,2 milliard d’euros en quatre ans sont possibles au prix d’efforts continus de rationalisation. En dix ans, 59 CCI ont été supprimées en France. La Picardie en compte cinq à ce jour, 350 personnes avec un budget de 50 millions d’euros. Notre force c’est la proximité et notre vocation c’est l’appui aux entreprises, la formation et l’international. Pourtant, il faudra à terme mutualiser et faire une chambre régionale. Le mandat que je terminerai fin 2015 verra les prémices du nouveau visage consulaire en Picardie », conclut Jacky Lebrun.