Actionnariat public et intérêt général

La récente entrée de l’Etat au capital de Peugeot soulève des interrogations, dès lors qu’elle ne conditionnait pas la réussite de l’augmentation de capital. Mais elle serait conforme à l’intérêt général, selon les allégations officielles. Serait-ce le prélude à une nouvelle “économie mixte” et à une redéfinition de la propriété ?

364
Vous devez être connectés pour visualiser cet article