AOP pour les agneaux

Les célèbres agneaux de prés-salés de la baie de Somme bénéficient désormais de l’Appellation d’origine protégée (AOP). Une reconnaissance européenne pour la dizaine d’éleveurs qui oeuvrent depuis des décennies pour cette production de qualité.

439
Les agneaux prés-salés de la baie de Somme pâturent 75 jours avant d’être abattus.
Les agneaux prés-salés de la baie de Somme pâturent 75 jours avant d’être abattus.

 

Les agneaux prés-salés de la baie de Somme pâturent 75 jours avant d’être abattus.
Les agneaux prés-salés de la baie de Somme pâturent 75 jours avant d’être abattus.

Les automobilistes ou les touristes qui se rendent en baie de Somme ne peuvent pas louper les troupeaux de moutons qui broutent tranquillement. Ils sont constitués de 3 800 brebis. Chaque année, entre 1 500 et 1 800 agneaux sont abattus et commercialisés. 60 boucheries commercialisent la viande à partir de juillet et jusqu’en novembre. Depuis l’automne 2006, la production bénéficiait de l’Appellation d’origine contrôlée (AOC). Début juillet, l’Europe lui a aussi accordé l’AOP, ce qui la protège dans toute l’Union européenne : « La reconnaissance au niveau communautaire de ce 200e produit agroalimentaire, hors vins et spiritueux, sous signe de qualité est emblématique de notre attachement à défendre un patrimoine gastronomique fort. Cette défense des signes officiels de l’origine et de la qualité est aussi plus que jamais un élément essentiel de la vitalité de nos territoires », a déclaré Stéphane le Foll, ministre de l’Agriculture.

75 jours en pâture
L’aire géographique de l’appellation d’origine protégée s’étend sur 226 communes. Durant les 60 jours, les agneaux sont nourris principalement au lait maternel. Ils partent ensuite dans les marais salés pour pâturer pendant 75 jours au minimum. Cette végétation unique donne à la viande son grain très fin, sa couleur rosée et sa saveur exceptionnelle mêlant iode, flore et noisette.
« Ca ne change pas grand chose pour nous, estime François Bizet, l’un des dix éleveurs de la baie. Notre plus grosse inquiétude concerne la perte possible de notre AOP si nous n’arrivons plus à abattre à une heure de route comme le stipule le cahier des charges.»
Pour le moment, les éleveurs sont dépannés par l’abattoir de Fruges, dans le Pas-de-Calais, celui de Domart-en- Ponthieu ayant fermé : « Ils ont fait des efforts pour nous. Ils organisent une tuerie spéciale le mercredi matin. A moyen terme, il nous faudra trouver un autre site.»
La solution pourrait venir de la chambre d’agriculture de la Somme. Elle a dans ses cartons le projet d’ouvrir un abattoir à l’ouest de la Somme, entre Amiens et Abbeville, ce qui assurerait l’avenir de l’un des fleurons de notre gastronomie picarde.