Manège à domicile

Fêtes communales, anniversaires, mariages, kermesses… Jérôme Leroy installe son manège et sa machine à barbapapa pour le bonheur des petits. Il va là où les forains ne vont plus et là où ils ne veulent pas aller. Sa seule ambition : donner du bonheur aux petits.

La magie des manèges enfantins pour tous.
La magie des manèges enfantins pour tous.

 

La magie des manèges enfantins pour tous.
La magie des manèges enfantins pour tous.

On ne quitte pas une grande passion comme ça. Jérôme Leroy, de Boismont, près de Saint-Valery-sur-Somme, le sait bien. Il a grandi dans une famille de forains, dans les manèges. Devenu chauffeur de poids lourds, il a réalisé son rêve en créant une entreprise de location de manèges pour enfants et d’une machine à fabriquer de la barbapapa : « Les manèges ont été vendus dans les années 80, raconte t-il. Je voulais tout le temps revenir à la fête d’une autre façon que de vendre des tickets. »
En mai 2011, il crée alors Liroy Events, en tant qu’auto entrepreneur. Il a constitué son entreprise via l’association Compétences pour l’entreprise de Chépy. Il vend du rêve et du bonheur à qui veut louer son matériel pour une demie journée ou une journée. Il n’hésite pas à se rendre jusqu’en région parisienne. Et lorsque son activité se sera stabilisée, il quittera son métier de chauffeur.
Les communes, désertées par les forains qui ne peuvent pas installer leurs manèges devenus trop grands pour les places de village, font appel à lui. Il se déplace aussi à l’occasion de mariages, d’anniversaires, de kermesses, fêtes d’hippodromes etc. Le tarif de location est de 600 euros à la journée, plus indemnité kilométrique, et de 300 euros la demi journée. Une simple rallonge Le manège de 7 mètres sur 5, et de dix-huit places dont sept sujets et une toupie au milieu, pour les bambins de 6 mois à 10 ans, peut être monté en une heure. Une seule rallonge branchée sur une simple prise suffit pour le faire tourner
Pour lui, son attraction attire du monde : « Quand le manège enfantin est gratuit, cela fait fonctionner les autres attractions, explique t-il. J’adore voir le sourire des enfants. A cet âge, ils sont innocents. Ils n’ont pas conscience de la dureté de notre monde. Je retourne en enfance avec eux. Timides, malheureux, colériques, désagréables, j’arrive à leur redonner le sourire. Et puis ce qu’il y a de bien avec les manèges gratuits, c’est que les enfants font tous le même nombre de tours. Il n’y a pas de riches. Il n’y a pas de pauvres. » Il suffit juste d’être le plus habile pour attraper l’éternel pompon.