Tourisme

Les touristes reviennent en Hauts-de-France

Mi-août, Frédéric Leturque, président du Comité régional du tourisme et des congrès (CRTC) Hauts-de-France et Jean-Philippe Gold, directeur de l’organisme, se sont immergés pour une journée à Amiens. L’occasion de faire un point sur la stratégie régionale en matière de tourisme.

Simon Crampon a fait découvrir la Maison de Jules Verne à Frédéric Leturque (© Aletheia Press / DLP)
Simon Crampon a fait découvrir la Maison de Jules Verne à Frédéric Leturque (© Aletheia Press / DLP)

« Ces journées en immersion nous permettent d’aller à la rencontre des acteurs touristiques du territoire, de mieux appréhender leur actualité pour mieux en parler ». Jean-Philippe Gold, directeur du CRTC Hauts-de-France était à Amiens mi-août, avec son président, Frédéric Leturque. Ils se sont rendus au Musée de Picardie avant d’arpenter la Maison Jules Verne, de découvrir la nouvelle édition du Festival international des jardins et enfin d’évoquer les projets d’agrandissement de l’hôtel Marotte. L’occasion aussi de tirer un premier bilan de cette saison 2021.

Une offre de qualité

Malgré les contraintes sanitaires, les retours sur le mois de juillet sont positifs. « Les touristes reviennent en Hauts-de-France, on note une réelle progression sur tous les modes d’hébergements par rapport à l’année dernière. L’hôtellerie a d’ailleurs gagné 12 points, ce qui veut dire que les visiteurs se sont habitués à vivre avec le virus mais aussi que les professionnels ont su s’adapter et se réinventer », observe Jean-Philippe Gold qui note aussi un regain d’intérêt pour l’urbain, délaissé en 2020 au profit des grands espaces.

« Nous avons travaillé sur une stratégie qui conduit à mettre l’accent sur le bien-être, la convivialité, de façon très qualitative. Amiens fait partie de ces villes qui apportent cette richesse. On peut retrouver ici cette qualité de vie et de découvertes qui correspond à ce que l’on veut mettre en avant », souligne Frédéric Leturque qui note que les Hauts-de-France présentent un maillage fort de villes et d’environnements d’intérêts sans être écrasés par une destination phare. « Lille pourrait avoir ce rôle, mais ce n’est pas le cas. Il y a sur le territoire une offre éclectique, c’est cela que nous souhaitons valoriser et qui fait vraiment la caractéristique des Hauts-de-France », poursuit-il.

Accompagner les professionnels

Si comme toutes les régions, les Hauts-de-France ont connu un recul d’un point de vue touristique, le CRTC salue le retour des visiteurs mais aussi la capacité des professionnels à repenser leur offre, à être plus agiles, à proposer plus de sur-mesure et mieux qualifier leurs propositions. En cette fin 2021 et sur l’année 2022, l’organisme va d’ailleurs accompagner les plus de 70 000 acteurs de la filière dans cette transformation de leur métier.

Les deux dernières saisons ont également été l’occasion de voir arriver un nouveau public, plus local qui a redécouvert son territoire. Une aubaine pour le CRTC. « Notre enjeu est que cette réappropriation génère de la fierté et du bouche à oreille. On sait très bien que les meilleurs relais d’opinion ce sont les habitants eux-mêmes », note Frédéric Leturque qui souhaite également poursuivre et accentuer la stratégie autour du bien-être. 

« Les habitants d’un territoire recherchent aujourd’hui un écosystème pour que le rapport au travail et à la vie soit en dialogue », ajoute-t-il. Un avis partagé par Jean-Philippe Gold qui évoque cette tendance du "workation", contraction de "work" et de "vacation" : « Le tourisme n’est plus en opposition avec le travail. La visioconférence et le télétravail ont rebattu les cartes », pointe-t-il.

La Maison de Jules Verne attire les visiteurs

En 2019, avant la crise sanitaire, la Maison de Jules Verne a accueilli 38 000 visiteurs (© Aletheia Press / DLP)

« La Maison connait un très grand succès depuis sa réouverture, on tourne aujourd’hui à 300 visiteurs en moyenne par jour, ce qui fait le 3e meilleur mois de juillet en termes de fréquentation depuis son ouverture au public en 2006 », confie Simon Crampon guide et médiateur au sein de la Maison de Jules Verne. 

Si la clientèle étrangère reste minoritaire, elle a été remplacée cette année par des visiteurs français venus de la région bordelaise, du Var ou du Gard. En plus de la reprise des visites costumées dès la rentrée, le 2e écrivain le plus traduit au monde devrait être une nouvelle fois mis à l’honneur à Amiens avec la mise en place prochaine d’un parcours urbain qui ira de la gare à l’hôtel de ville.