Tendances

Le e-commerce s'approche de la barre des 130 milliards d'euros

Avec un taux de croissance de 15% sur le troisième trimestre, 2021 promet d'être une année faste pour le e-commerce. Son haut niveau d'activité est le fruit de l'enracinement d'habitudes prises durant la crise et du regain des ventes de voyages.

Le e-commerce a enregistré un taux de croissance de 15% au troisième trimestre 2021. (c)AdobeStock
Le e-commerce a enregistré un taux de croissance de 15% au troisième trimestre 2021. (c)AdobeStock

Plus 15% : tel est le taux de croissance enregistré par le e-commerce au troisième trimestre 2021 a annoncé la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) qui réunit quelque 500 entreprises du secteur. Fin 2021, à Paris, elle présentait à la presse le bilan du e-commerce au troisième trimestre.

Sur la période, le chiffre d'affaires du secteur s'élève à 30,6 milliards d'euros, contre 26,6 milliards d’euros au troisième trimestre 2020. « Nous consolidons les gains de croissance », constate François Momboisse, président de la Fevad. Concrètement, après les pics de consommation en ligne atteints lors des confinements de 2020, la croissance s'est poursuivie à un rythme qui reste supérieur à celui de 2019, les ventes s'établissant à un niveau élevé, comparable à celui observé entre le premier et le second confinement.

Mais la croissance a changé de nature : les services, qui avaient souffert de la crise, en sont redevenus le moteur, avec un taux de +20%. Et c'est en particulier le cas du secteur des voyages, première victime de la pandémie : il a connu une reprise vigoureuse : + 48% sur le trimestre, contre -39% au troisième trimestre 2020. « Cette dynamique permet de maintenir la croissance de l'ensemble du e-commerce », note Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. Pour autant, les ventes de produits, qui avaient atteint des taux de croissance inédits en 2019, continuent de bien se porter. Ils affichent une progression de 10% par rapport au 3e trimestre 2020.

En particulier, « certains secteurs, qui avaient pourtant déjà connu une forte croissance, comme le mobilier et la décoration, ainsi que les produits électroniques, parviennent à se maintenir à un haut niveau », commente Marc Lolivier. Sur les neuf premiers mois de 2021, par exemple, le secteur de l'habillement a crû de 23%, contre 12,2% durant la même période de 2020. Le mobilier et la décoration passent de +40,4% en 2020 à +57,9% en 2021 et la beauté santé, de +9,1 à +57,8%.

L'achat de seconde main se banalise

Si la crise a constitué un accélérateur, la tendance s'inscrit sur le long cours : mois après mois, année après année, le secteur du e-commerce continue de se développer, en raison d'une banalisation sans cesse croissante de l'acte d'achat en ligne. Avec des chiffres impressionnants : durant ce troisième trimestre, 515 millions de transactions ont été réalisées. Et si leur montant moyen est resté stable (environ 60 euros), la fréquence d'achat, elle, a continué de progresser : chaque acheteur a réalisé 14,5 transactions (contre 13,8 au troisième trimestre 2020) et dépensé un total de 863 euros, soit 48 euros de plus en un an.

Du côté de l'offre aussi, l'expansion du e-commerce se poursuit. Le nombre de sites marchands actifs a progressé de 13% par rapport au troisième trimestre de 2020. Ils passent de 170 000 à 192 000. Et le palmarès Médiamétrie des sites les plus fréquentés par les cyberacheteurs donne des indications sur les pratiques de ces derniers.

À commencer par un attachement aux leaders du marché. Amazon, Leboncoin, Cdiscount, Vinted... « Les quatre premières plates-formes sont les mêmes que lors du précédent classement », dévoile Xavier Lemuet, directeur du pôle digital et média chez Mediamétrie. Changement, toutefois, ce trimestre, les sites Booking, Ouisncf et Airbnb ont grimpé dans le classement, témoins de la croissance retrouvée du secteur du voyage.

Parmi les sites marchands les plus visités : celui de ventes d'occasion Vinted. (c)AdobeStock

Moins circonstancielle, une autre évolution des pratiques de consommation se lit dans la fréquentation des sites. « Parmi les sites marchands les plus visités figurent Leboncoin et Vinted, qui sont tous deux des sites de vente d'occasion entre particuliers. Il ne s'agit plus d'une mode, mais d'une habitude de fond », estime François Momboisse.

Chaque jour, par exemple, 4 millions d'internautes se rendent sur Vinted (pour l'essentiel, via l'écran de leur smartphone). Dans le même sens, 32% des cyberacheteurs ont l'intention d'acheter un cadeau de Noël de seconde main, d'après un sondage Médiametrie consacré aux achats pour les fêtes. Lequel dévoile aussi que, cette année, 78% des cyberacheteurs entendent acheter leurs cadeaux via Internet, contre 73% en 2020. Budget envisagé : 219 euros.

Une évaluation qui nourrit les projections de la Fevad sur l'évolution du e-commerce sur l'ensemble de l'année. Au total, en 2021, elle escompte une croissance du e-commerce de l'ordre de 15,4%. Résultat, un chiffre d'affaires de 129,4 milliards d'euros et une part de marché de l'ordre de 14%. Les moteurs sont multiples : « Des services qui accélèrent, le maintien à un niveau élevé des produits et aussi, une offre qui continue à se développer et à stimuler la demande », analyse Marc Lolivier.