Crise sanitaire

Covid : le protocole sanitaire en entreprise encore assoupli

Alors que certaines restrictions sont partiellement levées et qu'il est à nouveau possible d'aller en discothèque, de consommer dans les stades, cinémas et dans les transports, ou debout dans les bars, les entreprises sont elles aussi concernées par ces allègements. Le protocole sanitaire évolue, avec une nouvelle version du document, la quatrième de l'année, mise en ligne par le ministère du Travail, le 16 février dernier. État des lieux de ce qu’il est possible (ou pas) de faire au sein des entreprises.

Pour les entreprises aussi le protocole sanitaire évolue. (c)AdobeStock
Pour les entreprises aussi le protocole sanitaire évolue. (c)AdobeStock

Pots en entreprise, réunions, dépistage... Le Gouvernement vient une nouvelle fois d’alléger le protocole sanitaire en entreprise. Sans toutefois remettre en cause le télétravail, qui reste recommandé et non plus obligatoire, depuis le 2 février. Le texte précisant qu’il revient aux employeurs de fixer, « dans le cadre du dialogue social de proximité, les modalités de recours » à ce mode de travail à distance, en veillant « au maintien des liens au sein du collectif de travail et à la prévention des risques liés à l’isolement des salariés en télétravail ». Pas de changement en vue non plus, pour le moment, concernant le port du masque.

Retour des festivités

La nouveauté, c’est le retour des festivités au sein des entreprises, tels que les pots au bureau. Le protocole autorisant de nouveau « les moments de convivialité réunissant notamment les salariés en présentiel, dans le cadre professionnel ». Suspendus depuis plus de deux mois, ils sont dorénavant autorisés « dans le strict respect des gestes barrières », à savoir, « le port du masque, les mesures d'aération et de ventilation et les règles de distanciation ».

Pour rappel, selon le protocole, il est recommandé que « toute mesure de CO2 supérieure à un seuil de 800 ppm conduise à agir en termes d’aération et de renouvellement d’air et ou de réduction du nombre de personnes admises dans la pièce ».

Au-delà de 1 000 ppm, il est préconisé que l’évacuation du local soit proposée le temps d’une aération suffisante, pour retrouver des niveaux de CO2 inférieurs à 800 ppm. Même consigne pour les réunions professionnelles, qui doivent se dérouler elles aussi dans le respect des gestes barrière, même si l’audio ou la visioconférence « restent à privilégier », précise le ministère du Travail. Jusqu'à maintenant, celles-ci se tenaient exclusivement à distance.

Port du masque FFP2

Parmi les autres nouveautés, le masque FFP2 peut être indiqué « pour les personnes à risque de formes graves du Covid-19 et pour celles en échec de vaccination pour raisons médicales », ce, « dès lors qu’elles sont en capacité de le supporter pendant plusieurs heures et pour un usage quotidien », suivant l’avis du Haut conseil de la santé publique en date du 23 décembre 2021. Le protocole invite à « une consultation médicale préalable » pour s’assurer de ce dernier point.

Sont également allégées plusieurs mesures, telles que les actions de dépistage à l’initiative des employeurs, qui disparaissent tout bonnement du protocole, ou encore la complexe gestion des cas contact, ajoutée fin janvier, également supprimée. Reste néanmoins un renvoi sur le sujet vers Santé publique France et l’Assurance maladie. Enfin, la dernière version du protocole confirme la dérogation permanente accordée aux primo-vaccinés pour travailler dans un lieu soumis au passe sanitaire.