Le Pays Santerre Haut de Somme mise sur le loisir avec leader

Le Pays Santerre Haut de Somme est le seul territoire du département à bénéficier du programme européen Liaison entre action de développement de l’économie rurale (Leader). Celui-ci se monte à 1,6 million d’euros sur la période 2016 et 2020. Le programme Leader rattaché au Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) vient donner une […]

1467
Les projets financés sur le territoire peuvent développer une action commune avec un partenaire français ou européen.

Le Pays Santerre Haut de Somme est le seul territoire du département à bénéficier du programme européen Liaison entre action de développement de l’économie rurale (Leader). Celui-ci se monte à 1,6 million d’euros sur la période 2016 et 2020.

Les projets financés sur le territoire peuvent développer une action commune avec un partenaire français ou européen.

Le programme Leader rattaché au Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) vient donner une impulsion aux territoires en renforçant leur attractivité, le tout sur fonds de partenariat public/privé. Attribué à 340 secteurs au niveau national, le dispositif est aujourd’hui utilisé en Haute Somme pour promouvoir et développer les loisirs. L’objectif est de renforcer l’attractivité de la destination grâce au tourisme, à la culture mais aussi au lien social. Le fonds est piloté par un Groupe d’action locale (GAL) composé majoritairement par des représentants de structures privées. « L’ensemble des partenaires était très impliqué quand nous avons répondu à l’appel à projets il y a deux ans. Nous avions déjà bénéficié du programme auparavant. Cette fois-ci nous avons fait le choix d’aller plus loin, de ne pas uniquement s’intéresser au tourisme, mais au secteur du loisir dans sa globalité », explique Élodie Munoz, animatrice Leader. Chemin de randonnée, parcours santé, vente directe de produits locaux, hôtellerie mais aussi spectacle ou évènement peuvent être accompagnés dans le cadre de ce programme européen. La base nautique de Ham ou encore l’auberge de jeunesse ont par exemple été en partie financées par ces fonds. « Nous avons en majorité de petits projets qui ont besoin d’une impulsion. Notre rôle est de lever les freins que peuvent présenter les fonds européens, qui peuvent être difficiles à mettre en place ».

DONNER UNE IMPULSION

Si les moyens mobilisés sont particulièrement attractifs – pour 1 euro de subvention publique le Leader apporte 4 euros – il est impératif pour les acteurs privés d’être soutenus par des structures publiques comme une collectivité, le Département, la Région… L’animatrice Leader vient faire le lien entre ces deux mondes qui ne se connaissent pas forcément. « Il faut être particulièrement précis et rigoureux lorsque l’on mobilise des aides européennes, le cofinancement public est indispensable. Il faut bien comprendre que le programme vient compléter un besoin de financement, pas prendre en charge l’ensemble du projet », note Élodie Munoz. Cette impulsion permet à des initiatives favorisant le lien social, la culture mais aussi le tourisme de se répandre au sein du territoire pour contribuer à son dynamisme.