Larecolte.fr réinvente la combinaison agricole pour femme

Le site de e-commerce a décidé de créer une combinaison agricole féminine avec l’aide de Clivia Nobili, styliste lilloise, de trois agricultrices picardes et du fournisseur LMA, leader du vêtement de travail.  Quand je mets une combinaison, j’ai l’impression d’être un sac », s’exclame Lucie Morgand, céréalière et agricultrice associée au sein de la SCL […]

440
Beaucoup d’idées ont été lancées par les agricultrices pour modifier leur vêtement de travail.
Beaucoup d’idées ont été lancées par les agricultrices pour modifier leur vêtement de travail.

Le site de e-commerce a décidé de créer une combinaison agricole féminine avec l’aide de Clivia Nobili, styliste lilloise, de trois agricultrices picardes et du fournisseur LMA, leader du vêtement de travail. 

Quand je mets une combinaison, j’ai l’impression d’être un sac », s’exclame Lucie Morgand, céréalière et agricultrice associée au sein de la SCL Lait Pis Carde (ferme des Mille vaches) installée à Fontaine-leSec. « Moi j’ai envie d’une belle matière, quelque chose d’agréable à porter », ajoute Lydie Lenglet, spécialisée dans le commerce de bestiaux à Béhen. « J’aimerais bien de la couleur, un beau fuchsia par exemple », lance de son côté Hélène Duval, qui en plus de son poste à l’hôpital gère une exploitation de vaches laitières à Bouillancourt-en-Sery. L’ambiance est bon enfant et les idées fusent. Ce matin, LMA, entreprise de 45 salariés installée à Querrieu accueille une initiative unique en son genre.

Faire progresser le marché L’équipe du site larecolte.fr basée à Lille a décidé de créer une combinaison féminine, et pour cela, elle s’est entourée des trois agricultrices hautes en couleur et la styliste Clivia Nobili dont le travail s’inspire du vêtement de travail et a collaboré avec des enseignes comme Auchan ou des institutions comme l’Opéra de Lille. « Nous vendons chaque année près de 2 000 combinaisons de travail. 95% de nos acheteurs sont des hommes et 5% des femmes, alors qu’elles représentent 1/ 3 de la profession. Nous avons donc eu l’idée de lancer une réflexion sur la féminisation de ce vêtement où la marge de progression est grande », explique Vincent Leman, co-fondateur de ce site de « ventes privées » agricoles. Un projet que Thomas Lebeurre, 6e génération à la tête de LMA, fournisseur de lareécolte.fr et de très nombreux points de vente physique, voit d’un bon œil. « Pour nous c’est toujours très intéressant de confronter la création et l’utilisateur final. La combinaison pour femme représente aujourd’hui 10% de nos ventes. Au vu de la féminisation de la profession, il est logique de proposer des produits plus adaptés », note-t-il. Pour cette première rencontre, l’entrepreneur fait un peu office de Jiminy Cricket, attirant l’attention sur les coûts liés à la matière ou à la production, mais aussi sur les réalités du marché. Une voix de la sagesse qui n’empêche pas les trois agricultrices de faire entendre leurs envies. Col, manches, matière, confort, coupe, poches… tout y passe. « Si on avait des choses plus jolies et plus pratiques, ça pourrait aussi changer l’image que l’on se fait de l’agricultrice », pointe Lucie Morgand. De son côté Clivia Nobili souligne la nécessité de mener une
vraie réflexion sur « le bien aller » et la qualité de la matière. « Si on explique notre démarche, si on propose une matière de qualité, avec de l’élasthane par exemple qui peut permettre une coupe plus ajustée, je pense qu’un surcoût de 5 euros n’est pas un obstacle », juge-t-elle.

En phase avec son métier « La combinaison est un outil indispensable dans notre métier, c’est un bon moyen de se protéger, mais il est vrai que les produits existants ne sont pas très seyants et qu’ils ne donnent pas envie », souligne Hélène Duval. Lorsqu’elle a été invitée à participer à cette journée de réflexion, elle n’a pas hésité une seconde. « C’est une très bonne initiative, là au moins, on aura un produit adapté à nos besoins », ajoute-t-elle. À l’issue de cette première phase de travail, un premier prototype sera proposé. Le lancement sera officiellement effectué en novembre pour une commercialisation sur le site de e-commerce à la fin de l’année