L’apprentissage a le vent en poupe

Depuis 2006, le concours Créa-sup, organisé par Formasup avec l’appui du conseil régional, récompense les apprentis issus de l’enseignement supérieur pour leurs projets de création et de reprise d’entreprise. Le concours désormais reconnu à travers la région semble avoir franchi un cap, tout comme l’apprentissage. Le concours Créa-Sup témoigne une fois de plus de l’intérêt […]

467
Paul Florisse et son équipe ont remporté le premier prix pour la création d'une agence de conseil dédié au secteur culturel. Ils envisagent désormais de rejoindre la Plaine Images.
Paul Florisse et son équipe ont remporté le premier prix pour la création d'une agence de conseil dédié au secteur culturel. Ils envisagent désormais de rejoindre la Plaine Images.

Depuis 2006, le concours Créa-sup, organisé par Formasup avec l’appui du conseil régional, récompense les apprentis issus de l’enseignement supérieur pour leurs projets de création et de reprise d’entreprise. Le concours désormais reconnu à travers la région semble avoir franchi un cap, tout comme l’apprentissage.

Le concours Créa-Sup témoigne une fois de plus de l’intérêt grandissant des jeunes pour l’apprentissage. Depuis dix ans, ce sont 438 projets qui ont été suivis soit près de 37 000 apprentis accompagnés dans leur démarche de création et de reprise d’entreprise. Le concours a pris une autre dimension, preuve à l’appui : le nombre de dossiers déposés chaque année pour le concours est passé de 14 à 72 en dix ans. « L’apprentissage est une voie d’excellence vers l’emploi. Il a toute sa place dans la politique régionale et les apprentis devraient rapidement passer de 33 000 à 50 000 le plus rapidement dans la région », indiquait Sébastien Huyghe, vice-président des Hautsde-France en charge de l’apprentissage et présent au salon Créer pour la remise des prix. Quant à Alain Griset, président de l’assemblée des chambres de métiers et d’Artisanat, il se félicite de la trajectoire que prend l’apprentissage dans le secteur de l’artisanat : « Un apprenti sur deux aujourd’hui a la vocation d’entreprendre, cela prouve que l’apprentissage monte en niveau. De plus, les partenariats avec les universités et les écoles de l’enseignement supérieur sont très enrichissants. » Pour les prochaines éditions, Arnaud Lefort, président du Medef Grand Lille souhaite que « le concours s’ouvre désormais à la sœur picarde et couvre l’ensemble des Hauts-de-France. » Une nouvelle page s’ouvre donc pour le concours Créa-sup.