Le club Diane sous le charme de Marc Lavoine

Le chanteur et acteur aux yeux revolver a rendu visite fin février à 130 femmes chefs d’entreprises membres du club Diane. Durant cette rencontre placée sous le signe du don de soi, Marc Lavoine a présenté le cartable connecté, dernier outil de l’association Le Collectif.  C’est devant une assemblée exclusivement féminine et très captivée que […]

587
Marc Lavoine et Abdel Aissou ont été chaleureusement accueillis par Fany Ruin, présidente du club Diane et Jacky Lebrun, président de la CCI Picardie.
Marc Lavoine et Abdel Aissou ont été chaleureusement accueillis par Fany Ruin, présidente du club Diane et Jacky Lebrun, président de la CCI Picardie.

Le chanteur et acteur aux yeux revolver a rendu visite fin février à 130 femmes chefs d’entreprises membres du club Diane. Durant cette rencontre placée sous le signe du don de soi, Marc Lavoine a présenté le cartable connecté, dernier outil de l’association Le Collectif. 

C’est devant une assemblée exclusivement féminine et très captivée que Marc Lavoine a présenté le cartable connecté, dernier programme du Collectif, association qu’il a fondée avec Raymond Domenech et Abdel Aissou. Ce dernier, ancien sous-préfet de Senlis et ancien directeur général du groupe Randstad, était lui aussi présent lors de cette rencontre qui s’est déroulée le 29 février à l’hôtel Boucot-Vagniez à Amiens. « Le cartable connecté regroupe tout ce dont pour quoi nous nous battons depuis toutes ces années, à savoir la lutte contre l’exclusion et la discrimination », a indiqué le hautfonctionnaire. « C’est un formidable outil pour les enfants hospitalisés qui souffrent d’une double peine : celle d’être malade et d’être isolés », a précisé Marc Lavoine. Le cartable connecté est un kit tout en un qui s’installe en quelques minutes et se connecte automatiquement à Internet. Depuis sa chambre d’hôpital, l’élève peut à nouveau suivre ses cours et interagir avec sa classe. Il reçoit également des exercices et des documents de l’enseignant directement sur sa tablette. « Le numérique qui fait parfois mal à nos métiers peut rendre service et améliorer la vie des gens », a ajouté le chanteur.

Témoignages de femmes anonymes

Tout aussi généreuses mais plus discrètes, des membres du club Diane ont elles aussi fait part de leurs combats respectifs. Adeline Moniez, fondatrice de la société Marbella qui crée des bijoux de peau, a exprimé son besoin de se sentir « utile » en distribuant chaque vendredi des repas aux sans-abris amiénois par le biais des Restos du cœur. Nathalie Lavallard est revenue sur son parcours atypique et sa soif de donner aux autres : « Après avoir fait les grandes écoles de la « demmerde », je me suis beaucoup investie dans les kermesses de mes enfants. Quand ils ont grandi, j’ai dû trouver de quoi m’occuper et me suis tournée vers les comités de quartiers. C’est comme ça que je me suis retrouvée, des années après, adjointe au maire d’Amiens en charge de la démocratie locale et de la vie associative. » Amandine Lecomte, associée du cabinet d’expertise-comptable In Extenso, est très engagée auprès de l’association Les grands parrains qui permet à des enfants privés de grands-parents d’être parrainés par des papis et mamies bénévoles ayant du temps et de l’affection à donner. « J’ai moi-même été élevée par mes grandsparents, je sais à quel point ce lien est essentiel », a souligné la chef d’entreprise. Des témoignages qui ont laissé sans voix le chanteur au grand cœur.

Loretta RIZZUTO