Les grands chantiers pour 2015 .

Quels sont vos grands chantiers pour 2015 ? Picardie la Gazette a posé la question aux décideurs de la région. À eux la parole.

463

Claude Gewerc, président du conseil régional
«En 2015 nous serons maîtres d’ouvrage – et maîtres d’œuvre  ! – d’un chantier de grande envergure. Nous avons à bâtir la nouvelle grande région, avec nos amis du Nord-Pas-de-Calais. Daniel Percheron et moi-même avons déjà associé nos administrations et nos élus. C’est un chantier que nous voulons ouvert au public. 2015 sera donc le moment pour faire valoir les atouts de notre région, les talents des Picards, pour que la Picardie trouve toute sa place dans ce vaste projet et que la qualité du service public soit au rendez-vous. À ce titre, j’interprète les avancées récentes du dossier Canal Seine-Nord-Europe comme autant d’augures de la réussite du chantier de la grande région. Mais nos autres chantiers s’inscrivent dans la continuité de ce qui a été engagé jusqu’ici et réaffirmé lors du vote de notre budget, à savoir maintenir un haut niveau d’investissement pour préparer l’avenir. Cela passe par l’aménagement du territoire, la recherche et l’innovation, la formation, l’enseignement supérieur et les lycées, le ferroviaire…Industrilab est une réalisation à la fois très opérationnelle et très symbolique de cette volonté. Dans ce modèle de l’usine du futur, on trouve un lycée, des outils de formation de pointe et des espaces équipés pour des projets partagés entre centres de recherches, PME et grandes entreprises. Car, au final, notre grand chantier, c’est l’emploi. Et cela nécessite l’amélioration notre appareil productif par l’innovation et la formation. »

Jacky Lebrun, président de la CCI Picardie
« Les chefs d’entreprise sont habitués au mouvement, c’est là qu’ils trouvent les opportunités d’affaires, d’investissements, donc de création de richesses. Jusqu’en cette année 2014, notre société semblait figée, repliée sur elle-même, incapable de se mettre en mouvement. Des changements semblent s’opérer. Semblent, car ils demandent à être confirmés. Les simplifications administratives, les décisions pour restaurer les marges des entreprises sont un début. La réforme territoriale peut être une suite, la réforme de nos chambres de commerce aussi. La simplification du droit social demande à être engagée. Il ne faut pas la voir comme une entrave au bien être des salariés. Les chefs d’entreprise savent bien qu’il leur faut des salariés épanouis et bien installés dans leur travail, et formés, pour que leurs entreprises soient performantes. Mais nous savons aussi que les heures d’un employeur à régler des formalités administratives ne sont pas des heures passées à créer des richesses. C’est une évidence, elle commence à être partagée. Il nous faut encore poursuivre la construction de relations confiantes avec l’État. Ce que nous arrivons à faire avec l’État décentralisé dans les régions, pourquoi n’y parviendrions-nous pas au niveau national ? Tous nous devons nous mettre en mouvement pour que nos entreprises, notre économie, et notre société se redressent. »

Alain Bethfort, président de la chambre de métiers et de l’artisanat de Picardie
«En 2014, les difficultés économiques et l’absence de visibilité sont devenues insoutenables. Mais, on ne l’a pas assez dit, la France dispose aussi de grands atouts. Nous avons des signes d’espoir  : la qualité de notre formation, la productivité des salariés, et le savoir faire des Artisans, etc. Affirmer cela est indispensable pour redonner confiance. C’est aussi notre rôle. Pour 2015, je forme les vœux que nous ayons moins de contraintes, moins de règles absurdes, plus de liberté pour entreprendre et travailler, et surtout que nous puissions valoriser nos innovations, notre qualité, notre proximité sur tout le territoire régional. Continuons à soutenir les entreprises en développement, particulièrement celles du bâtiment et de la sous-traitance industrielle. Accentuons notre action pour la qualité et le développement durable. Nous serons toujours aux côtés des entreprises pour les accompagner tout au long de leur vie, de la création à la transmission. La formation sera un des piliers de cette action, pour des entreprises de plus en plus fortes. Soyons donc volontaires et confiants, Meilleurs vœux à tous ! »

Christophe Buisset, président de la chambre d’agriculture de Picardie
« Pour aborder 2015, responsables professionnels, agriculteurs, il nous faut préparer l’avenir, nous positionner comme acteurs face aux enjeux dépassant le cadre de nos exploitations. Le réchauffement climatique, les fluctuations de marchés liées aux évolutions mondialisées, l’indispensable équilibre entre sécurité et santé alimentaire, nous incitent à nous engager dans les champs du possible, et ce afin de maintenir notre activité de production. En Picardie, la recherche, l’innovation, l’approche partenariale, sont synonymes de résultats, et ont pour noms, INRA , Pôle IAR, Agrotransfert, et agissent comme contribuant à l’anticipation et l’adaptation pour l’agriculture picarde. Drones et GPS, coccinelles et autres auxiliaires des cultures, sont parmi les nouveaux outils définissant l’agro écologie en Picardie, conciliant ainsi, préservation de l’environnement et développement des ressources économiques indispensables aux entreprises, à l’emploi et au maintien de vie de nos territoires ruraux. Le nouveau programme de développement rural, de par le FEADER, devra contribuer à l’accompagnement des besoins en investissements pour les exploitations agricoles, mais aussi pour les démarches agroenvironnementales des agriculteurs, et sera illustration du partenariat et engagements Région, État, profession agricole. Enfin, avec la nouvelle carte territoriale, les chambres d’agriculture se doivent aussi d’être anticipatives en s’organisant dans une dynamique de projet collectif du groupe des chambres de Picardie, afin de gagner en efficience de moyens à renforcer au niveau régional, pour mieux répondre aux besoins et avec compétences au niveau local, en proximité, et être présent auprès des agricultures et du monde rural. »

Sébastien Horemans, président de la CGPME Picardie/Somme
« Le premier enjeu pour l’année 2015 sera de préparer la fusion de notre belle région avec notre voisine le Nord Pas de Calais. J’entends beaucoup d’élus et d’institutionnels effrayés par cette perspective et prendre une posture qui tente à donner une image de la Picardie comme étant une région faible par rapport à sa voisine. Notre rôle sera donc de montrer à nos voisins et concitoyens ce qu’est la Picardie : une région aux paysages magnifiques, aux habitants chaleureux et courageux, une terre d’histoire mais aussi et surtout une terre d’innovation. C’est dans notre belle région que sont conçus, les cockpits des avions de ligne les plus performants, les agro matériaux pour les constructions de demain, les modules permettant de produire l’électricité éolienne. C’est aussi une terre de TPE et PME dynamiques aux activités variées et notre rôle sera donc que l’association de nos deux régions apporte de nombreuses plus values à l’économie mais aussi à nos concitoyens. Notre deuxième chantier sera de faire modifier les textes concernant l’ANI (Accord national interprofessionnel) et la pénibilité, nouvelles usines à gaz pour les TPE/PME et nouvelles monnaies d’échanges des grandes entreprises et du Medef contre quelques réductions de cotisations formation et quelques amnisties fiscales pour des groupes qui ne créent plus d’emplois et ne payent quasiment pas d’impôt en France. Par ailleurs, nous lutterons également contre le fait d’imposer aux TPE de moins de onze salariés, une représentation syndicale comme le souhaitent aujourd’hui, le Medef et l’UPA. Le contexte économique ayant durablement changé, nous allons continuer à aider nos adhérents à progresser dans le domaine de la formation, de l’innovation et de l’export pour toujours plus de performance, de pérennité et de croissance. Nous serons bien évidemment aux côtés des TPE et PME picardes pour les conseiller, les accompagner dans leurs projets mais aussi dans leurs difficultés via nos nombreux mandataires (Urssaf, Prud’hommes, RSI…) L’année 2015 devrait connaître une légère amélioration et je suis convaincu que les TPE et PME via le courage, l’opiniâtreté et la créativité de ses dirigeants sauront en tirer partie. Je vous souhaite à toutes et tous, une excellente année 2015. »

Brigitte Fouré, maire d’Amiens et Alain Gest, président d’Amiens Métropole
« Dans un contexte de grave crise économique, conjugué à la baisse des dotations de l’État, Amiens et sa métropole ont engagé des chantiers stratégiques en terme d’aménagement du territoire tout en maintenant une volonté de stabilité fiscale. Ainsi, par le biais du pacte pour l’emploi et l’innovation, les ZAC intercampus, Gare-La vallée et la Veillère vont se développer autour de la santé, du numérique ou encore de l’énergie.La poursuite de la construction du projet du campus dans la citadelle, offrira à l’horizon 2016, un espace universitaire majeur au nord de la France tout en étant un espace ouvert sur la ville. La revitalisation de surfaces commerciales comme les Coursives, le Colvert ou d’espaces industriels comme Montières ou l’espace industriel Nord redonnera de nouvelles perspectives d’attractivités économiques à ces espaces. D’autres évènements, comme l’arrivée du tour de France dans notre capitale régionale le 8 juillet 2015, contribueront à diffuser une image positive de notre ville. »

Xavier Bertrand, maire de Saint-Quentin
«Située au cœur de la grande région Nord-Pas de Calais Picardie, Saint-Quentin entend y jouer un rôle central. Cette ambition pour ma ville, je la porte avec conviction  : Saint-Quentin doit disposer d’un rayonnement proportionné à son haut niveau d’attractivité. Des chantiers d’envergure pour l’aménagement du territoire et le développement économique sont donc engagés. En pleine métamorphose, le quartier de  gare  sera une vitrine du dynamisme saint-quentinois. Après la construction de la Base Urbaine de Loisirs et l’aménagement du quai Gayant, nous réalisons un parvis de gare, en cœur de ville, où l’inter modalité permettra à tous types de transports d’évoluer en toute sécurité. Un nouveau campus universitaire ouvrira ses portes à la rentrée 2016 tandis une seconde pépinière d’entreprise saint-quentinoise dédiée à la robonumérique y verra le jour. Car Saint-Quentin fait le pari de la robonumérique ! Ce pari, c’est la rencontre entre la volonté politique et celle des entrepreneurs pour bénéficier de technologies à forte valeur-ajoutée et créer des emplois à tous niveaux de compétence. Le succès de L’An 1 de la robonumérique, qui s’est tenu fin novembre, en fera désormais le rendez-vous  incontournable d’acteurs majeurs de cette filière ici, à Saint-Quentin. Favoriser notre attractivité au travers les loisirs familiaux est également notre  souhait  avec la création d’un parc animalier au Parc d’Isle  ou le développement de pistes cyclables… Notre attractivité vis-à-vis des entreprises est également au cœur de notre volonté de développement avec la construction d’un bâtiment évolutif « clés en main », mais aussi  notre  souci de répondre aux besoins des étudiants en terme de qualité de vie grâce à une maison de services et une nouvelle résidence universitaire qui leur seront  dédiées. Saint-Quentin s’engage résolument pour davantage d’habitants, d’emplois et d’étudiants ! ».

Caroline Cayeux, maire de Beauvais
« Le grand chantier de l’année 2015 sera le renouveau de la place Jeanne Hachette dont les travaux démarreront dès la mi-janvier pour s’achever en novembre, pour un montant de 5 millions d’euros. Avec ce projet de réaménagement, nous concrétisons une idée qui me tient à cœur depuis longtemps  : la réappropriation par les habitants des espaces urbains du cœur de ville. Inscrite dans le projet de nouveau cœur de ville que nous défendons depuis 2008, cette rénovation en profondeur va redonner à cette place sa fonction séculaire : celle du cœur battant de la ville, lieu de rencontres, d’échanges, de convivialité. Embellie, totalement piétonne, illuminée à la nuit tombée, elle sera le point de rencontre idéal de tous les Beauvaisiens, le lieu par excellence du « bien vivre ensemble ». Résolument tournée vers l’avenir, elle sera un des éléments structurants de la ville de demain, une ville moderne, à la fois fière de ses racines et attachée à un développement durable. Cette « place des spectacles » sera enrichie d’un miroir d’eau. L’autre grand chantier, c’est le pôle commercial Le Jeu-de-Paume dont l’ouverture est programmée pour le mois de septembre. Situé au cœur de Beauvais, ce centre de 24 000 m2 de surface de vente sur deux niveaux proposera 86 boutiques et restaurants, qui viendront compléter l’offre commerciale déjà existante. Je peux également citer entre autres les travaux du centre commercial du quartier Saint-Lucien qui s’achèveront en début d’année et le nouveau centre pénitentiaire qui sera livré courant 2015.»