La Picardie expose son savoir-faire au SIAL

Le Salon international de l’alimentation (SIAL) s’est tenu du 19 au 23 octobre au parc des expositions de Villepinte près de Paris. Pour cette 50e édition, une dizaine d’entreprises picardes spécialisées dans l’agroalimentaire exposaient leur savoir-faire sous un pavillon collectif organisé par le conseil régional.

480
Jean-Louis Jouvin a lancé sa propre marque de chorizo El Picaro.
Jean-Louis Jouvin a lancé sa propre marque de chorizo El Picaro.
Simon et Éric Van Oost ont présenté leurs produits phares, comme le potjevleesch, et leur dernière production : le gâteau battu picard en conserve.
Simon et Éric Van Oost ont présenté leurs produits phares, comme le potjevleesch, et leur dernière production : le gâteau battu picard en conserve.

Une odeur alléchante embaume l’immense bâtiment du parc des expositions de Villepinte (Ile-de-France). Ce labyrinthe aux allées interminables offre un véritable tour du monde des saveurs. Portugal, Italie, Antilles, Turquie, États-Unis, Émirats Arabes Unis … Plus de 6 500 exposants venus de 105 pays ont participé à la 50e édition du Salon international de l’alimentation. Ce grand événement, qui attire chaque année plus de 150 000 visiteurs, permet aux entreprises de l’agroalimentaire d’exposer leur savoir-faire et de dévoiler leurs dernières innovations. Lors de la précédente édition en 2012, deux entreprises picardes avaient été primées pour leur originalité : La Franco- Argentine (Aisne) pour sa confiture au lait Raff’Olé et les Recettes de Céliane (Oise) pour ses plats garantis sans gluten.

Une grande visibilité

« L’industrie agroalimentaire picarde est l’un des atouts de notre économie. Un poids économique conforté par une position de premier plan sur plusieurs productions agricoles (betteraves à sucre, pois, pommes de terre) et une agro-industrie dynamique et compétitive », se félicite Claude Gewerc. Le président du conseil régional s’est rendu au SIAL le 21 octobre pour encourager les dirigeants des entreprises picardes réunies sous un pavillon collectif aux couleurs de la Région. Simon Van Oost, responsable commercial à la conserverie Saint-Christophe, est un habitué des salons : « L’intérêt de celui-ci, c’est qu’il est international. Cela nous donne donc une grande visibilité. » Un véritable atout pour cette société familiale de 14 salariés qui produit des conserves artisanales à Argoules dans la Somme. La biscuiterie Tourniayre, qui fabrique des cornets de glace à Amiens, participait au salon pour la deuxième fois consécutive. « Faire un « one shot » (Ndlr : un seul coup) n’a pas beaucoup d’intérêt. Il faut être visible de manière régulière pour nouer des contacts solides. Notre présence au SIAL nous donne une vraie crédibilité. Nos clients sont confortés dans l’idée qu’ils peuvent nous faire confiance », explique Richard Fabri, assistant commercial. L’entreprise de 12 salariés travaille déjà avec des fournisseurs étrangers (Italiens surtout) mais espère s’ouvrir davantage à l’international.

Une ambition partagée par Florepi, filiale du groupe allemand Abel & Schäfer et fabricant de pâtisseries surgelées. Lynda Chaalal, responsable export de la société basée dans l’Aisne, espère « conquérir de nouveaux clients et d’autres marchés à l’international ». Une condition « indispensable » au bon développement de l’entreprise qui compte déjà 123 salariés en CDI.

15 000 emplois directs

Claude Gewerc a rencontré les dirigeants des entreprises agroalimentaires picardes présentes au SIAL. Ici la biscuiterie Tourniayre.
Claude Gewerc a rencontré les dirigeants des entreprises agroalimentaires picardes présentes au SIAL. Ici la biscuiterie Tourniayre.

« Pour toutes les entreprises présentes sur le pavillon Picardie, le SIAL constitue une réelle opportunité de développement à l’export. L’autre enjeu de notre participation est d’attirer de nouvelles entreprises dans notre région », explique Claude Gewerc. Une stratégie qui semble fonctionner puisque plusieurs d’entre elles, rencontrées lors de précédentes éditions du SIAL, ont choisi la Picardie pour se développer : La chambre aux confitures à Flixecourt (Somme), Génération Snacking à Crépy-en-Valois (Oise) ou encore Saveurs Créoles à Montdidier (Somme).

Avec 200 établissements générant 15 000 emplois directs, la Picardie figure au 10 e rang français de la filière agroalimentaire. La région décroche même la première place pour l’industrie du sucre et la deuxième pour le travail du grain et de l’amidonnerie. Outre les incontournables Tereos- Syral, Bonduelle ou William Saurin, la filière compte un large panorama de PME qui participent au dynamisme du territoire et créent des emplois. Loretta Rizzuto

Jouvin, spécialiste de la salaison

Jean-Louis Jouvin a lancé sa propre marque de chorizo El Picaro.
Jean-Louis Jouvin a lancé sa propre marque de chorizo El Picaro.

Historiquement, cette entreprise familiale basée à Nogent-sur-Oise produit des chorizos pour des marques distributeurs somme Auchan, Cora, Monoprix ou encore Leader Price. « Nous sommes de célèbres inconnus », plaisante son président directeur général Jean-Louis Jouvin qui souhaite inverser cette tendance. «  Nous sommes venus au SIAL pour présenter nos nouveautés qui seront commercialisées sous notre propre marque El Picardo », explique-t-il. Parmi ces quatre nouveaux produits, un a été sélectionné par le SIAL pour le prix Innovation. Il s’agit de Top Cuisto, un chorizo prêt à cuire pour réaliser rapidement des paëllas ou des omelettes. «  Ce produit nous a demandé un an et demi de travail entre le process de fabrication, l’emballage et le marketing  », poursuit Jean-Louis Jouvin, heureux de cette récompense. L’entreprise, créée en 1930 et rachetée en 1988, compte aujourd’hui 55 salariés.