Le bus pour l'emploi sillonne les routes samariennes

Le bus pour l'emploi sillonne les routes samariennes

Isolement, problèmes de mobilité, d’accès à Internet, aux services publics, etc. La question du chômage n'est pas qu'une problématique urbaine, bien au contraire. Pour soutenir le retour à l'emploi en milieu rural, le département de la Somme, comme d'ailleurs les autres départements des Hauts-de-France, a lâché au début de l'été son bus pour l'emploi sur les routes samarienne.

Tergnier lance "Mon étal à l’essai" pour redynamiser ses marchés

Initiatives. « Lors du premier confinement nous avons constaté, comme beaucoup, l’engouement pour les produits locaux et cette envie de mieux manger. Les consommateurs sont allés vers les producteurs. Nous avons eu envie de renverser un peu les choses pour faire en sorte que les producteurs viennen…

La réhabilitation des friches, un enjeu fort pour le Grand Amiénois

Aménagement. « Le sujet de la réhabilitation des friches était dans les tiroirs de l'Agence de développement et d'urbanisme du Grand Amiénois (Aduga) quand je suis arrivé. C'est à nous, élus, de déclencher sa mise en œuvre. » Pascal Rifflart, président du Pôle métropolitain du Grand…

Saint-Quentin : Faurecia pourrait céder une partie de ses activités

Stratégie. L'équipementier automobile Faurecia a annoncé vouloir céder sa division acoustique et garnitures insonorisation au numéro 2 mondial en la matière, le groupe Adler Pelzer. Une opération d'envergure qui se négocie encore aujourd'hui, deux mois après l'annonce du projet, qui concerne direct…

Redynamiser Doullens avec le programme "Petites villes de demain"

Plan de relance. « Révéler le potentiel des petites villes pour des territoires de cohésion au cœur de la relance », voilà l’objectif du gouvernement, en lançant son programme "Petites villes de demain". Au total, 3 milliards d’euros jusqu’en 2026 seront injectés dans les communes retenues pour acc…

Même pas Cap veut devenir la référence du bilan de compétences en ligne

Formation. « L’idée d’entreprendre m’a toujours attiré, mais je n’avais pas vraiment de projet défini », raconte Yves Trocheris. Après une école de commerce, il s’oriente vers du conseil aux entreprises avant d’intégrer l’univers des start-up avec un passage chez Sarenza puis Sézane. « Ces deux exp…