Environnement

Sains-en-Amiénois veut devenir un site pilote pour la préservation de la biodiversité

La commune de 1 200 habitants a obtenu un financement de l’Office français de la biodiversité, pour deux ans, afin de développer sur son territoire une multitude de projets pour l’environnement. Notamment, un atlas pour inventorier la biodiversité du territoire.

La mare de la commune a été retravaillée avec Picardie Nature, pour favoriser la biodiversité. Les canards, invasifs, ont disparu, laissant la place à de nouveaux oiseaux, des libellules notamment, mais aussi des grenouilles. ©Aletheia Press/ E. Castel
La mare de la commune a été retravaillée avec Picardie Nature, pour favoriser la biodiversité. Les canards, invasifs, ont disparu, laissant la place à de nouveaux oiseaux, des libellules notamment, mais aussi des grenouilles. ©Aletheia Press/ E. Castel

Les idées fusent, et son enthousiasme est communicatif. Pour Pierre Lepoetre, le maire de Sains-en-Amiénois, « il faut chercher à être le plus possible dans une démarche écologique et de développement durable ». C’est ainsi qu’il continue ce qu’il a engagé lors de son premier mandat : favoriser la biodiversité sur le territoire de sa commune et rallier les habitants à cette cause. 

Pour cela, il a monté un dossier auprès de l’Office français de la biodiversité, l’OFB. Après avoir été refusé il y a trois ans - « il y avait certainement beaucoup de demandes » -, le projet a finalement été accepté en fin d’année dernière. Pendant deux ans, l’OFB finance donc des projets pour impliquer les citoyens dans la préservation de l’environnement. « Dans la région Hauts-de-France, nous sommes la seule commune à avoir été retenue », précise le maire.

La mairie de Sains-en-Amiénois est très engagée dans la préservation de la biodiversité, notamment depuis le premier mandat de l'équipe municipale actuelle. ©Aletheia Press/ E. Castel

Changer les mentalités

Tout au long de cette année, et l’année prochaine, épaulée par Picardie Nature, la commune propose des ateliers, rencontres, échanges autour de la biodiversité, aux habitants. L’objectif est aussi de déconstruire certaines idées reçues. 

« Un hôtel à insectes par exemple, s’il est trop grand, est contre-productif, car tous les oiseaux vont aller manger au même endroit, il en faut des plus petits, et construits avec des bois différents. Même chose pour les nichoirs. »

Par cette sensibilisation, Pierre Lepoetre souhaite également amener ses administrés à comprendre qu’il vaut mieux laisser la pelouse pousser de quelques centimètres, plutôt que de la couper toutes les semaines, justement pour favoriser la biodiversité. « Nous avons mis en place avec le concours des jardins fleuris, les jardins sauvages, pour que petit à petit les mentalités changent. »

Un atlas de la biodiversité

Durant ces deux ans avec l’OFB, l’objectif est également de créer un atlas de la biodiversité communale, pour inventorier les différents milieux et espèces de Sains-en-Amiénois. « Nous avons déjà fait une réunion à ce sujet, explique Pierre Lepoetre, la salle était bien remplie ! Nous avons fait un temps théorique, et nous avons visité deux jardins. »

Une autre réunion s'est déroulée le 15 juin à la salle des fêtes, « un samedi, pour que les actifs puissent venir ». Il souhaite sensibiliser les particuliers, mais aussi les employés communaux, les associations de la commune, « pour que ça marche, il faut que tout le monde s’y mette »

Des ateliers à destination des scolaires sont également prévus, à la rentrée et l’année prochaine, pour apprendre la surveillance des oiseaux, créer des nichoirs et des herbiers. Enfin, le maire souhaite planter un millier d’arbres et d’arbustes d’ici 2023, qui s’ajouteront au 720 plantés entre 2019 et 2020.

Chaque habitant est appelé à répertorier les espèces et les insectes/ oiseaux près de chez lui, pour ainsi créer un atlas. ©Aletheia Press/ E. Castel