Légendes du rock et l'homme à tête de chou

Pink Floyd en 1967 avec Syd Barrett (au premier plan) entouré de Roger Waters, Nick Mason et Richard Wright. © DR
Pink Floyd en 1967 avec Syd Barrett (au premier plan) entouré de Roger Waters, Nick Mason et Richard Wright. © DR

Pink Floyd

Pink-Floyd.jpg

Fondé en 1966 par Syd Barrett (guitare, chant, composition), Pink Floyd réunit Richard Wright (claviers), Roger Waters (basse) et Nick Mason (batterie et percussions). Au printemps 1967, la formation quitte la scène psychédélique de l’underground londonien et connaît des débuts très prometteurs avec l'album The Piper at the Gates of Dawn. Porté par les innovations débridées de Syd Barrett, Pink Floyd semble promis à un bel avenir. Pourtant, début 1968, juste après l’intégration de David Gilmour, le groupe délaisse Syd Barrett, devenu aussi vulnérable qu’ingérable, broyé par le LSD, rejetant les impératifs de son ascension au nom de son idéal artistique. Peu après la sortie de l'album A Saucerful of Secrets (1968), Syd est viré de son groupe. L’épisode hantera la mémoire du quatuor qui rencontre le succès mondial alors que s'éloigne son inspirateur initial. Reposant sur le postulat que l’effondrement de Syd Barrett formate Pink Floyd, ce livre analyse les ressorts de leur relation et montre comment le destin tragique du premier détermine l’évolution artistique du second.

Pink Floyd & Syd Barrett. La croisée des destins d'Alexandre Higounet (Editions Le Mot et le Reste).

Serge Gainsbourg

Gainsbourg.jpg

30 ans après sa disparition le 2 mars 1991, Serge Gainsbourg est célébré comme jamais et de nombreux ouvrages analysent son œuvre et retracent sa vie. Ses débuts comme pianiste de bar au Milord l’Arsouille, ses mariages ratés, ses deux enfants cachés, son amitié décisive avec Boris Vian. L’histoire d’un inconnu qui a dû apprivoiser sa laideur, d’un enfant traqué par la peur sous l’Occupation et portant son étoile jaune comme un premier défi. Un homme avec ses engouements, ses esclandres, ses colères. Un artiste avec ses compagnons – l’alcool et le tabac – et ses égéries : Bardot, Birkin, Bambou. Ce livre revient sur sa dernière vie avec Bambou, sa femme-refuge, et leur enfant, Lulu, double souriant du petit garçon qu’il avait été. Quelques gouttes d’espérance avant de plonger dans une solitude choisie, entre souffrances et addictions. Avant de mourir, à soixante-trois ans, et d'entrer dans la légende musicale.

La dernière vie de Serge Gainsbourg de Bernard Pascuito (Editions Cherche Midi).

Eric Clapton

Clapton.jpg

Au même titre que Jimi Hendrix, Jeff Beck ou Jimmy Page, Eric Clapton a marqué l’histoire du rock en tant que guitariste. D’abord avec les Yardbirds puis avec John Mayall et surtout chez Cream, au sein duquel il grave ses premiers classiques et abolit les frontières de la guitare blues. En 1974, il rencontre un énorme succès avec l’album 461 Ocean Boulevard, notamment grâce sa reprise de «I Shot The Sheriff» de Bob Marley. Ce disque marque le début d’une carrière prolifique et inégale, une période marquée par des succès populaires comme «Cocaine» ou «Tears in Heaven» mais aussi par un alcoolisme destructeur. L'auteur signe ici la passionnante biographie de ce musicien hors pair, analysant une riche discographie et une carrière longue de presque 60 ans, parfois marquée par les drames, au cours de laquelle il n'a jamais quitté le devant de la scène blues-rock.

Eric Clapton. Blues power de Jean-Sylvain Cabot (Editions Le Mot et le Reste).