Conjoncture

Le comité régional des Grandes cultures des Hauts-de-France établit le bilan des mesures du Plan de relance

Le comité régional des Grandes cultures des Hauts-de-France s’est réuni fin juin. L’occasion pour ses membres de faire le point sur l’anticipation des moissons et de présenter le bilan des mesures du Plan de relance concernant les grandes cultures régionales.

(c)AdobeStock
(c)AdobeStock

Il ressort de ce bilan, établi par FranceAgriMer (établissement national des produits de l’agriculture et de la mer), la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf) et par l’Institut du végétal Arvalis, que les prévisions de rendements moyens sont proches des moyennes quinquennales.

Pour les Hauts-de-France, ses valeurs s’établissent comme suit : 89 quintaux par hectare pour le blé tendre, 80 pour l’orge d’hiver, 67 pour l’orge de printemps, 34 pour le colza et 40 pour le pois.

Bilan du Plan de relance

Concernant le plan de relance, 1 566 dossiers de demande d’aide ont été déposés par les agriculteurs de la région, sur les mesures d’aide à l’investissement, pour réduire l’utilisation des intrants. Les volets "protéines amont" ont eux fait l’objet du dépôt de plus d’une centaine de dossiers.

Depuis le 12 juillet dernier, l’aide aux aléas climatiques a été rouverte, sous une nouvelle forme, pour pourvoir accueillir des investissements plus conséquents – le plafond est passé de 40 000 à 150 000 euros – et pour permettre des montants de financement allant jusqu’à 40% de l’investissement total.

Au 1er juillet 2021, seuls 282 dossiers avaient été déposés, pour 3 631 au niveau national. Le renforcement du fonds Avenir bio (voir encadré) pour la structuration de la filière bio est quant à lui ouvert jusqu’au 31 août prochain.

Pour découvrir tous les chiffres clés 2019/2020 et les prévisions 2020/2021 : https://www.picardiegazette.fr...

Le fonds Avenir bio

Désormais doté de 13 millions d'euros par an en 2021 et 2022 grâce au volet "Transition agricole" du Plan de relance du Gouvernement, le fonds Avenir bio mis en place en 2008 s'adresse aux opérateurs économiques - sociétés, coopératives, associations ou regroupement d'opérateurs. 

Ces derniers doivent être engagés dans la production biologique et dans une démarche durable de développement de l'offre bio, en impliquant des partenaires des différents maillons de la chaîne alimentaire.

Le fonds financé par le ministère de l'Agriculture et de l'alimentation et géré par l'Agence bio, fonctionne sur appels à projets, qui permettent de financer des investissements, matériels et immatériels.

Le nouvel appel à projets "Plan de relance", ouvert depuis janvier dernier, s'achèvera le 1er septembre 2022.

(c)AdobeStock