Bâtiment

La FFB lance l'outil "Bâtisseur responsable", décliné dans les Hauts-de-France

Le 15 juin dernier, la Fédération française du bâtiment lançait un nouvel outil : "Bâtisseur responsable". Avec comme objectif d’accompagner les adhérents dans la structuration et l’amélioration de leur démarche RSE. Le dispositif se décline en Hauts-de-France, et pour le président de la FFB régionale, François Delhaye, c’est une très bonne nouvelle qui va permettre aux entreprises de gagner en performance(s).

Le président de la FFB Hauts-de-France François Delhaye est convaincu de la pertinence de "Bâtisseur responsable".
Le président de la FFB Hauts-de-France François Delhaye est convaincu de la pertinence de "Bâtisseur responsable".

La RSE fait aujourd’hui partie intégrante des réflexions des entreprises et des acteurs qui gravitent autour d’elles. « Nombre de nos clients, notamment les collectivités publiques, promoteurs, bailleurs sociaux, se penchent depuis quelque temps déjà sur cette question de la Responsabilité sociétale des entreprises. Ce n’est plus le moins disant qui l’emporte, et s’engager dans la RSE permet d’englober l’ensemble des critères de notation, comme la formation, la protection de l’environnement, la loyauté des pratiques… de structurer cette démarche et rendre la politique de l’entreprise plus transparente », estime François Delhaye.

D’où la volonté de la FFB de mettre en place l’outil en ligne "Bâtisseur responsable", simple d’utilisation, complet, et qui permet à l’entreprise adhérente de savoir quels sont les points d’amélioration et les axes de progrès à apporter en matière de RSE.

Auto-évaluation et rapport RSE

« L’outil, développé par des entreprises du bâtiment, permet en effet de s’auto-évaluer, avec quatre grands thèmes identifiés : la préservation de l’environnement, employeur responsable, loyauté des pratiques et ancrage territorial. Le dirigeant peut générer, à la fin de ce questionnaire de 55 items, un rapport RSE personnalisable et s’engager dans une démarche vertueuse plus globale, en signant la charte d’engagement RSE volontaire », précise Thomas Batori, animateur métiers Aisne Oise Somme Transition écologique & prévention au sein de la FFB Hauts-de-France.

L’interface a été pensée pour être pragmatique et attrayante, avec de nombreux liens utiles pour répondre aux interrogations des chefs d’entreprises, des exemples d’actions à initier et des "boîtes à outils".

« C’est une vraie démarche de progrès qui est proposée au chef d’entreprise, et qui colle aux attentes de la société. C’est un outil également extraordinaire en termes de qualité de vie au travail, d’image et de montée en compétences pour les compagnons, mais aussi pour attirer de nouveaux talents », complète François Delhaye.

La RSE englobe de nombreux domaines, l'accueil des apprentis en fait partie. (c)AdobeStock

Lancements de podcasts RSE

Pour compléter cet auto-diagnostic en ligne, la FFB a lancé une série d’outils pédagogiques : des podcasts "Vision RSE"* dont les deux premiers épisodes ont été mis en ligne en juin et juillet – sur la démarche RSE et la promotion de "Bâtisseur responsable" et la gestion des déchets et économie circulaire. Les trois prochains opus, en septembre, octobre et novembre, porteront sur l’accueil des apprentis, la prévention des risques et l’ancrage territorial.

Au niveau national, 500 adhérents se sont lancés dans la démarche, et une vingtaine d’entreprises de la FFB Hauts-de-France ont déjà testé le dispositif. « Plus de 85% de nos adhérents sont des entreprises de moins de dix salariés, rappelle François Delhaye. Cet outil leur permet de s’emparer de la RSE de façon simple et efficace, de les sensibiliser à des sujets d’importance qui pour certains pourraient passer pour des contraintes supplémentaires alors qu’ils sont de formidables leviers de développement. »

*Disponibles sur les principales plates-formes d'écoute et sur le site de la FFB.

À la tête de la TPE Rigaux peinture à Pointpoint dans l’Oise, Flavien Rigaux n’a pas attendu les directives réglementaires pour se lancer dans la RSE.

Quand Flavien Rigaux reprend l’entreprise familiale (tous travaux peintures, vitrerie, décoration, ravalement, revêtement sols et murs) il y a trois ans, il investit 70 000 euros dans son entrepôt pour installer de l’éclairage à leds et une station d’épuration pour les eaux usées. « Nous avons une clientèle en partie composée de grands groupes, qui sensibilisent aux problématiques environnementales », explique le chef d’entreprise, déjà convaincu de la pertinence d’une telle démarche et qui héberge dans son terrain arboré une ruche d’un apiculteur local (deux autres devraient être installées l’année prochaine) et des poules.

Flavien Rigaux (à g.) et une partie de son équipe.

Charte d’engagement

Épaulé par la FFB Hauts-de-France, le dirigeant décide d’aller plus loin. « Nous avons mis sur pied une charte d’engagement, sur la protection des clients, des salariés, la gestion des déchets, etc. », explique Flavien Rigaux qui va se lancer dans la digitalisation (un investissement de 60 000 euros), en interne et en externe avec la mise en place de la signature électronique.

Il utilise déjà à 98% des peintures à l’eau, pour la partie bâtiment, afin de limiter au maximum l’usage des solvants, trie l’ensemble de ses déchets, a remplacé les gobelets en plastique par des tasses logotypées et acheté à ses salariés des gourdes en métal pour en finir avec les bouteilles en plastique. « Ce sont des actions simples et qui ne nécessitent pas d’investissements lourds », souligne-t-il.

Le dirigeant a également testé l’outil "Bâtisseur responsable" : « C’est utile, les nombreux liens du questionnaire permettent d’obtenir facilement des réponses précises. Mais dans notre secteur, il y a des spécificités, par exemple en ce qui concerne la gestion des déchets, nous avons donc repris quelques points d’amélioration mis en avant dans l’analyse générée, notamment sur la partie réglementaire, la protection des données, que nous avons intégrés dans notre propre charte. »