Création/ reprise d'entreprises

Initiative Somme France Active Picardie aux côtés des créateurs et repreneurs d'entreprises du territoire

Acteur majeur de l’accompagnement des créateurs et repreneurs d’entreprises, Initiative Somme France Active Picardie a ajusté et renforcé ses actions au regarde de la crise sanitaire. Entretien avec Claudine Jacob-Ternisien, la Directrice générale, qui revient sur les missions et priorités de la structure.

L'équipe d'Initiative Somme France Active Picardie, unie pour accompagner les porteurs de projet et développer l'emploi sur son territoire.
L'équipe d'Initiative Somme France Active Picardie, unie pour accompagner les porteurs de projet et développer l'emploi sur son territoire.

Picardie La Gazette : La ligne directrice d’Initiative Somme France Active Picardie est d’être au service de l’économie de proximité, comment cela se traduit-il concrètement ?

Claudine Jacob-Ternisien : Notre offre de services s’articule autour de trois axes : du conseil, du financement, de la mise en réseau. Notre offre est déployée, à l’exception d’actions territorialisées, sur les trois départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme ; pour un travail en proximité nous développons des partenariats avec les communautés de communes et d’agglomérations.

  • Du conseil : les porteurs de projet qui s’adressent à nous découvrent pour la plupart l’environnement administratif, institutionnel et financier avec lequel ils vont devoir composer dans leur nouvelle fonction de chef d’entreprise.

C’est pourquoi nous devons donner des informations, des contacts, décrypter du jargon… autant d’éléments qui vont permettre aux porteurs de projet de mieux appréhender leur environnement.

Sur l’aspect montage financier, qui est notre cœur de métier, nos conseils vont principalement porter sur la compréhension des différents documents à établir et l’importance de maîtriser leur contenu, la vigilance pour sécuriser le montage financier de son projet - et c’est sur ce point que nos outils d’intervention financier interviendront - et les éléments clés dans la présentation de son projet.

  • Du financement : nous sommes dans la partie la plus visible de notre intervention car très facilement mesurable et quantifiable en espèces sonnantes et trébuchantes. Nos outils d’intervention constituent des effets leviers pour le bouclage des plans de financement des entrepreneurs, il s’agit :
    • D’intervention en financement à taux zéro qui vont conforter la trésorerie initiale ou couvrir tout ou partie du besoin en fonds de roulement de l’entreprise en création ou en développement : prêt d’honneur, avance remboursable, contrat d’apport associatif.
    • De garantie bancaire : le porteur de projet a recours à du financement bancaire, ce financement sera mis en place par un établissement bancaire qui va demander une garantie. Notre offre de garantie permet de couvrir jusqu’à 80% du montant emprunté. Elle a un effet de sécurisation, à la fois pour l’emprunteur et pour l’organisme prêteur.
    • Des interventions en quasi-fonds propres avec des prêts participatifs ou intervention de France Active investissement.

À cette offre pérenne s’ajoutent ponctuellement des interventions en subventions : il s’agit de dispositifs mis en place par les pouvoirs publics, ou dans le cadre partenariat établis avec des acteurs privés, et qui visent à soutenir des typologies spécifiques d’entrepreneurs ou acteurs de l’Économie sociale et solidaire (ESS).

Les décisions d’intervention financières sont étudiées par un comité composé d’acteurs locaux porteurs de compétences complémentaires, devant lequel le créateur ou repreneur en devenir vient exposer son projet. Ainsi, au-delà de l’étude des chiffres, nous analysons le projet en y intégrant la dimension humaine, la vision portée par l’entrepreneur.

Les outils de financements sont dotés par la Région Hauts-de-France, la Banque des territoires, BPI, le Fonds de cohésion sociale, l’État, France Active Financement et France Active Garantie.

  • De la mise en réseau : l’entrepreneur va développer son activité dans un environnement local dans lequel il est important qu’il s’insère, certains entrepreneurs disposent déjà d’un fort relationnel, pour d’autres ce n’est pas le cas.

Pour ces derniers nous avons un rôle de facilitateur en favorisant des mises en relation dans les domaines institutionnel, administratif, bancaire. La mise en réseau dans le domaine financier permet de positionner nos interventions dans une logique de tour de table. Elle intervient également pour le développement d’un réseau entre entrepreneurs : c’est un volet que nous renforcerons en fin d’année, par la mise en place d’un réseau digital.

Des services spécifiquement dédiés aux entreprises relevant de l'ESS.

À qui s’adresse l’offre de France Active Picardie et comment se structure-t-elle ?

Nous nous adressons aux acteurs de l’économie de proximité. Derrière le terme économie de proximité il convient d’entendre deux types d’acteurs :

  • Les créateurs et repreneurs d’entreprises ou jeunes entreprises de moins de trois ans(des TPE, artisans, commerçants, prestataires de services, diversification agricole, acteurs du tourisme, profession de santé…) localisés dans les départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme pour les outils de garantie et de prêts solidaires. Cette offre est complétée par les prêts d’honneurs pour les créateurs et repreneurs d’entreprises localisés dans le département de la Somme.
  • Les structures de l’Économie sociale et solidaire en création, développement, en difficulté ou rebond, localisées dans les trois départements de l’ex Picardie.

De plus en plus d’entreprises prennent en compte dans leur activité la dimension environnementale. Leur offrez-vous un accompagnement spécifique ?

Effectivement, à l’appui de critères d’analyse, nous qualifions certains dirigeant de TPE d’"Entrepreneurs engagés" : ils intègrent de façon forte dans leur projet des dimensions environnementales, sociétales, territoriales ou sociales.

Il s’agit généralement d’activités qui comportent une dimension d’innovation dans leur offre et donc une phase d’entrée sur le projet plus longue qu’un projet dont l’activité est plus classique. Pour répondre à cette problématique, notre offre d’accompagnement financier en direction de ces entrepreneurs à été renforcée sur deux axes :

  • Le moment de notre intervention : nous pouvons accompagner ces projets en création mais aussi dans leurs différentes phases de développement, indépendamment de leur date d’immatriculation.
  • Par des interventions en quasi fonds propres en logique de tour de table financier : un prêt solidaire, assorti d’un différé de 24 mois d’un montant maximum de 200 000 euros, peut être mobilisé selon les spécificités du plan de financement.

Comment se porte la création/ reprise d’entreprises actuellement ? Avez-vous avec la crise mis en place un accompagnement renforcé ?

Comme pour chacun et dans tous les domaines d’activité, la crise que nous connaissons depuis maintenant plus d’un an a impacté notre activité, car elle a impacté les entrepreneurs en devenir ou en place. Face à cette situation inédite nous avons, dès avril 2020 pris des mesures d’accompagnements des entrepreneurs locaux en :

  • Arrêtant les prélèvements relatifs au remboursement de prêts d’honneurs pendant trois mois minimum, puis en adaptant la reprise de ces remboursements à la réalité des besoins exprimés par les entrepreneurs. La situation n’est pas la même pour un exploitant de salle de sport qui depuis presqu’un an n’a pas pu rouvrir, et pour un professionnel installé dans la vente de produits d’entretien ou équipements paramédicaux, secteur qui a dû gérer une croissance de la demande.
  • Prolongeant la durée de validité des garanties bancaires de six mois pour nous adapter au nouvel échéancier qui pouvait être mis en place par les établissements bancaires. Cette mesure moins directement visible par les entrepreneurs aura un impact significatif dans la durée.
  • En renforçant, grâce à la Région et la Banque des territoires, nos capacités et modalités d’intervention dédiées à intervenir en soutien de trésorerie court terme auprès des acteurs de l’Économie sociale et solidaire.
  • En intervenant au côté de la Région, de la Banque des territoires et des EPCI pour la gestion de dispositif d’avances remboursables mise en place dans le cadre des plans de relance, et de l’État pour la gestion de fonds d’urgence ESS.

N’oublions pas la dimension humaine qui s’ajoute à la mise en place de ces appuis financiers. Les entrepreneurs se sont trouvés en grande majorité dans une situation que personne n’avait imaginée, aussi les appels téléphoniques ou entretien distanciels réalisés pour la mise en place de ces différents moyens d’intervention ont également joué un rôle essentiel.

En ce qui concerne le phénomène de la création d’entreprise, après une période d’avril, mai et juin de chute vertigineuse des chiffres de la création, nous avons constaté une reprise très forte des chiffres de la création.

À l’échelle des Hauts de France avec 51 438 créations d’entreprise, nous constatons une progression de 5,4%, parmi ces créations la part des micro-entrepreneurs est passée d’environ 50% à plus de 2/ 3, et plus de 97% ne sont pas employeuses.

Je crains que ces quelques indicateurs ne soient le reflet n’ont pas d’un engouement positif, mais de la recherche de solutions immédiates et dont la pérennité du projet a été peu évaluée. Dans ce contexte, j’insisterais une fois de plus sur l’importance pour les entrepreneurs de se faire accompagner pour structurer leur projet, afin de pérenniser leur activité, leur revenu.

Le Conseil régional par le dispositif Starter permet à tous les entrepreneurs de la région de bénéficier d’un tel accompagnement. Notre offre s’inscrit dans cette dynamique pour la dimension "structuration financière".

Pour consulter l'intégralité du rapport d'activités 2020 d'Initiative Somme France Active Picardie : https://www.picardiegazette.fr...

------------------------------------------------------------------------------------------

Créateurs ou repreneurs, ils ont été accompagnés par Initiative Somme France Active Picardie dans le montage de leur projet. Témoignages.

Le billet de Xavier Capron, 53 ans, dirigeant de DeCA Propreté et élu président d’Initiative Somme France Active Picardie le 16 juin dernier, à l’issue de l’Assemblée générale du réseau.

Hormis le fait d'être un employeur, je suis par le passé intervenu dans plusieurs associations, dans des Conseils d'administration et/ ou au poste de président. Ces associations avaient pour but soit la création ou la reprise d'entreprises, soit la création d'emplois. C'est donc en toute logique que je me suis impliqué dans Initiative Somme France Active Picardie, dont l'objectif est l'accompagnement des entreprises et des associations.

Je tiens d’abord à revenir sur le contexte inédit dans lequel nous évoluons depuis plus d’un an : dès le début de la crise sanitaire, l’ensemble des collaborateurs d’Initiative Somme France Active Picardie se sont mobilisés pour renforcer et adapter l’accompagnement, tant humain que financier, des créateurs et repreneurs. Et je tiens vraiment à saluer et souligner leur investissement et implication.

Nous allons évidemment continuer à travailler dans cette continuité, en développant de nouveaux services auprès des créateurs d’entreprises "classiques", ou relevant du secteur de l’Économie sociale et solidaire.

Il s’agit de saisir les opportunités que peuvent proposer nos partenaires, notamment la Région, le Département et les communautés de communes, dans le cadre des conventions établies avec eux.

Nous travaillons également sur notre image, pour communiquer davantage sur les réseaux sociaux et via notre site Internet, qui sera finalisé pour la 18e édition du Mois de la création, qui se déroule du 4 au 18 novembre prochains, sous la forme de douze webinaires. L’idée étant de toucher un public plus large, en particulier les jeunes.

Pour revenir sur la situation économique, le nombre de dossiers traités cette année était assez conséquent, mon ressenti est plutôt positif. La proportion de validation des dossiers en Comité d’engagement ne s’est pas effondrée. Je ne suis pas inquiet sur le devenir de la création d’entreprises dans la Somme. On sent aussi une évolution sur l’ESS, qui prend de l’ampleur, c’est un autre pan de l’activité économique qui permet également de créer de l’emploi, et c’est ça notre objectif premier.

Notre accompagnement depuis le début de la pandémie a je pense permis à certains entrepreneurs, déjà fragiles avant la crise, de la traverser, de se renforcer et de rebondir, grâce au soutien humain et financier des acteurs économiques, dont nous faisons partie. Je suis un éternel optimiste, et je pense que la reprise de l’activité s’inscrit dans une tendance qui va perdurer.