Artisanat

Hauts-de-France : les apprentis sont au rendez-vous

Laurent Rigaud, président de la CMA Hauts-de-France, accueillait à Lille, le 8 septembre, Joël Fourny, président de la CMA France. L’occasion de dresser un état des lieux de l’apprentissage dans la région.

De gauche à droite, Joël Fourny, président de la CMA France, Laurent Rigaud, président de la CMA Hauts-de-France, et Sylvie Pouchain, directrice régionale de la formation à la CMA Hauts-de-France. © Aletheia Press /L. Peron
De gauche à droite, Joël Fourny, président de la CMA France, Laurent Rigaud, président de la CMA Hauts-de-France, et Sylvie Pouchain, directrice régionale de la formation à la CMA Hauts-de-France. © Aletheia Press /L. Peron

La rentrée démarre sur les chapeaux de roues à la chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) des Hauts-de-France. Cette année, pas moins de 6 094 jeunes entament leur apprentissage dans la région. L’occasion, ce 8 septembre, pour Joël Fourny, président de la CMA France, de pousser les portes du centre de formation de Lille pour visiter ce concentré de technologie et de réussite. Entretien avec Laurent Rigaud, président de la CMA Hauts-de-France, pour connaître les clefs de ce succès.

Picardie la Gazette : Comment abordez-vous cette nouvelle année ?

Laurent Rigaud : On s’est très vite rendu compte que l’année allait être très dynamique et de bon augure. On a déjà remarqué une augmentation de 19% des effectifs d’apprentis dans la région par rapport à l’année dernière, et c’est loin d’être terminé. Pour ma part, je sais qu’il y a encore beaucoup d’entreprises qui veulent recruter. Donc, jusqu’en décembre des élèves vont sûrement rejoindre nos rangs.

Comment vous expliquez-vous cette augmentation importante ?

L’artisanat attire, c’est un maillon fort. Aujourd’hui, si vous regardez bien, ce ne sont pas les grosses entreprises comme Toyota ou Bridgestone qui recrutent, mais bien les artisans. Il y a aussi l’effet crise Covid. On a remarqué qu’il y a de plus en plus de personnes en reconversion qui souhaitent se former à un métier de proximité, avec du lien social. Enfin, ce qui plaît aussi aux apprentis, c’est qu’ils ont un pied dans le centre de formation et l’autre dans une entreprise, tout en étant rémunérés.

Vous recevez aujourd’hui le président de la CMA France. Quelle est la portée d’une telle visite ?

La visite du président dans notre région démontre que ce l’on s’attelle à faire dans nos centres des Hauts-de-France n’est pas à côté de la plaque. À Lille, par exemple, le centre est récent, et pourtant c’est déjà un concentré de réussite. L’idée pour le président France, c’est donc de voir ce qui fait la réussite de ce centre pour pouvoir importer cela dans les autres régions et inversement.

Qu’est-ce qui fait la réussite des centres des Hauts-de-France ?

Vous savez, à la CMA Hauts-de-France, on fait tout pour donner une nouvelle image de l’artisanat. L’artisanat d’aujourd’hui est innovant et surtout à la pointe de la technologie. Les métiers changent et il faut que l’enseignement change aussi. Il est impératif de préparer nos apprentis aux métiers de demain.

Pour finir, quel est le mot d’ordre pour vous cette année ?

La relance. On a découvert encore une fois avec la crise Covid que l’artisanat est essentiel, il faut donc être proche de nos entreprises et de nos apprentis pour répondre à toutes les attentes. Répondre aux besoins de proximité, répondre à l’emploi.