Conjoncture

Hausse de l'emploi et reprise de l'activité pour plusieurs secteurs dans les Hauts-de-France

Une bonne nouvelle pour l’emploi : l’économie régionale a résisté face à la crise, avec d’après la dernière note de conjoncture de l’Urssaf Picardie « des signes encourageants » de reprise au 1er trimestre 2021. Conséquence : même s’il n’a pas retrouvé son niveau d’avant crise, l’emploi salarié privé a augmenté de décembre 2020 à mars dernier de 0,7% (+9 500 postes).

Dans les Hauts-de-France, la reprise est portée par le secteur de la construction. (c)AdobeStock
Dans les Hauts-de-France, la reprise est portée par le secteur de la construction. (c)AdobeStock

Sur un an, l’évolution régionale croît de 2,8% (2,8% pour le Nord-Pas-de-Calais et 2,7% pour la Picardie), soit un point de plus que l’évolution nationale (+1,7%). Les effectifs salariés repartent donc à la hausse au 1er trimestre 2021, avec la création de 9 500 postes, après une baisse de 0,2% au trimestre précédent.

La masse salariale connaît une progression ce trimestre de 1,7%, après un recul de 0,5% au dernier trimestre, une évolution expliquée par le moindre recours au chômage partiel. Ce qui porte l’évolution sur un an à 2,3%, contre 0,4% au niveau national.

Côté intérim, les effectifs sont à la baisse ce trimestre (-2%, soit 1 430 postes de moins sur trois mois) après une hausse continue les trois derniers trimestres. Boussole du marché de l’emploi, l’intérim au niveau national « marque le pas », avec une hausse de 0,3%, après une évolution de 23% au 3e trimestre 2020, et +5% au 4e trimestre 2020.

L’heure de la reprise a sonné pour plusieurs secteurs

La reprise dans les Hauts-de-France est portée par le secteur de la construction – qui représente 8% des effectifs salariés privés de la région –, qui continue à se montrer dynamique : 1 240 postes créés en trois mois, après 770 au dernier trimestre. « C’est l’un des seuls secteurs à ne pas être affecté par la crise économique », pointe l’Urssaf Picardie, avec une évolution de ses effectifs de 2,7%.

Les deux secteurs les plus impactés par la crise sanitaire – l’hébergement-restauration et les arts, spectacles et activités récréatives – renouent avec les embauches. La tendance s’inverse en effet pour l’hébergement-restauration, après la baisse de 6,1% du 4e trimestre 2020, avec une progression des salariés de 0,1% ce trimestre (+70 postes).

Au niveau national, le secteur continue de perdre des emplois, « à un rythme moins soutenu que les précédents trimestres ». Sur un an, l’Urssaf Picardie a établi les pertes d’emplois dans l’hébergement-restauration à 2 700, les effectifs étant toujours très en-deçà du niveau d’avant-crise (-6 200 postes).

Les effectifs salariés des services hors intérim augmentent eux de 1,4% au 1er trimestre 2021 (+ 9 140 postes), après avoir baissé de 0,2% au précédent trimestre. Le secteur a créé en un an 15 000 emplois. Même tendance à la hausse dans le transport et l’entreposage : +0,7% (850 postes supplémentaires), qui retrouvent eux le niveau du 4e trimestre 2019.

Le secteur du transport l'entreposage renoue avec le niveau du quatrième trimestre 2019. (c)AdobeStock

Les activités liées à la santé (en lien avec la campagne de vaccination contre la Covid-19) et l’action sociale connaissent une courbe ascendante, avec respectivement +1 390 et +1 180 postes de plus en trois mois). Le bilan annuel est logiquement positif : +5% pour la santé et +2,6% pour l’action sociale.

Le secteur des arts, spectacles et activité récréatives repart ce trimestre, avec la création de 460 postes, ce qui n’empêche pas un bilan déficitaire (-1,9%). Le commerce quant à lui se maintient, avec une très légère progression des effectifs, à +0,1% (340 postes supplémentaires), la hausse est plus sensible au niveau national (+0,3%). En un an, 1 160 emplois ont été créés dans ce secteur en région (+0,5%).

Bonne nouvelle pour l’industrie, qui « stoppe son déclin » : après six trimestres consécutifs de repli, les effectifs salariés du secteur se stabilisent. L’agroalimentaire gagne 120 postes, les équipements électroniques et informatiques 160 postes, l’industrie du meuble, réparation et installation de machines 110 postes, les industries extractives 110 postes également.

« Ce qui compense les pertes des autres secteurs », observe l’Urssaf Picardie, en particulier dans la métallurgie et la fabrication de produits métalliques (-180 postes), le bois et papier (-130 postes) et la fabrication de matériels de transport (-90 postes). Au total, 3 700 postes ont été supprimés en un an dans l’industrie, une baisse annuelle de 1,4%, identique à l’évolution nationale.


Plus de 330 000 intentions d’embauches dans la région au 1er trimestre 2021

Les Hauts-de-France comptabilisent ce premier trimestre 334 500 intentions d’embauche, supérieur à celui du dernier trimestre, mais toujours en-dessous des volumes trimestriels d’avant-crise.

La baisse, sur un an, s’établit à 13,2%, soit 50 000 intentions d’embauche de moins comparé au 1er trimestre 2020. Le recul sur un an est toutefois moins marqué qu’au niveau national (-19,9%). Les intentions d’embauche en CDD courts (moins d’un moins) sont « fortement impactées par la crise », avec une baisse de 19,4% en un an. Le nombre d’embauches en CDD longs progressent eux de 3,5% sur un an (+2 280 intentions d’embauche). « En cette période d’incertitude économique, les CDD longs semblent être le contrat privilégié des entreprises », note l’Urssaf Picardie.