Environnement

Réseau Éco Habitat aide à la rénovation énergétique

Implantée sur l’ancien site de Continental à Clairoix depuis 2017, l’association Réseau Éco Habitat, créée en 2014 par Franck Billeau, aide les familles qui cumulent fragilités financières et précarité énergétique à réhabiliter leur logement avec des matériaux respectueux de l’environnement.

L'équipe de Réseau Éco Habitat.
L’équipe de Réseau Éco Habitat.

La rénovation énergétique est un vaste sujet. Dans l’Oise, l’association Réseau Éco Habitat aide à cette rénovation énergétique pour les familles les plus précaires. « La précarité énergétique c’est avoir des difficultés à se chauffer et à payer ses factures », précise Franck Billeau, dirigeant de Réseau Éco Habitat, qui a centré sa carrière professionnelle autour des valeurs d’entraide et de solidarité en travaillant notamment pour le Secours Catholique. Ses convictions, ses connaissances d’électrotechnicien, son parcours professionnel auprès des personnes en difficulté et ses recherches lui permettent, en 2014, de faire trois constats. D’abord, la précarité énergétique concerne un ménage sur cinq en France. Ensuite, qu’il existe des aides pour accompagner ces personnes mais, enfin, que finalement les entreprises du bâtiment interviennent peu dans la rénovation des logements des personnes pauvres « par crainte de ne pas être payées », note-t-il. C’est alors qu’il lance l’association Réseau Éco Habitat dans le but de rassembler tous ces paramètres.

ESS

Ce constat, Franck Billeau le tient de son expérience. À l’âge de 40 ans, il s’interroge sur son avenir professionnel avec comme motivation de raccorder ses valeurs humaines et environnementales à ses envies entrepreneuriales. Il se lance alors, à titre personnel, dans un projet de construction d’une maison. Alors qu’il côtoie professionnellement des familles qui peuvent payer jusqu’à 3 000 euros de factures d’électricité par an, leur occasionnant ainsi d’importantes difficultés financières, il s’aperçoit qu’il est possible de bâtir des maisons qui ne consommeront que très peu d’énergie (80 euros par an de chauffage). C’est alors qu’il y voit l’opportunité de « faire travailler ensemble trois acteurs qui ne parlent pas la même langue : des personnes qui gagnent 650 euros par mois et qui doivent trouver 40 000 euros pour restaurer leur logement en sollicitant les aides de l’État pour lesquelles il faut compléter plusieurs demandes de subventions sur Internet auprès de différentes institutions dont les particuliers ne saisissent pas toujours l’organisation et des entreprises du bâtiment qui ont souvent peur de ne pas être payées ».

Depuis, grâce à cette association, 62 ménages ont pu bénéficier d’une aide à la rénovation énergétique de leur logement. « J’ai aidé ces familles à rénover un logement tout en créant de l’activité pour les entreprises du bâtiment, et pour moi, c’est ça l’économie sociale et solidaire : c’est créer de l’activité en aidant les personnes dans la précarité », note Franck Billeau.

Un réseau de bénévoles

Les missions de Réseau Éco Habitat consistent à tisser un réseau de bénévoles en contact avec les familles en situation de précarité énergétique, accompagner ces ménages dans la constitution de leurs demandes d’aide, de les mettre en relation avec des entreprises du bâtiment tout en privilégiant des matériaux biosourcés. L’association intervient également dans la formation des bénévoles « sur les conséquences environnementales et individuelles de la précarité énergétique », précise le dirigeant. Au total, 120 bénévoles œuvrent au quotidien, pour le Secours Catholique par exemple, répartis sur tout le territoire des Hauts-de-France. Leurs missions ? Repérer les ménages éligibles aux aides de l’État. Et la mission est vertueuse : « Nous nous sommes rendu compte qu’en redonnant un logement décent aux personnes elles retrouvaient leur dignité. Les femmes retournent chez le coiffeur, les hommes refont du bricolage. Les liens sociaux se renouent, les familles invitent à nouveau leurs enfants et leurs proches. Je me souviens d’un couple, tous deux au chômage : Monsieur a retrouvé du travail et Madame est devenue assistante maternelle agréée, profession qu’elle exerce à son domicile », se souvient Franck Billeau.

Réseau Éco Habitat a été depuis de nombreuses fois récompensée. D’abord par Ashoka avec le soutien de la Fondation Schneider Electric et sous l’égide de la Fondation de France. Ce projet visait à « faire un état de lieu de l’innovation » en matière énergétique, à «  sélectionner les idées les plus innovantes » et à soutenir et accompagner les solutions innovantes dans sept pays européens. Puis, en 2015, l’association a été récompensée à l’occasion du dispositif La France s’engage dans la catégorie « Environnement ». En 2018 Réseau Éco Habitat est également lauréate de l’opération « Mon Projet pour la planète ».


Réseau Éco Habitat, premier locataire de l’ancien site de l’usine Continental

Un peu plus de dix ans après la fermeture de l’usine Continental à Clairoix, le site retrouve peu à peu de l’activité. Depuis le rachat du site en 2016 par Mustafa Kherief, PDG de PKM Logistique, l’ensemble de quinze hectares accueille désormais plusieurs entreprises, qui « emploient près de 350 personnes », précise Franck Billeau. « Parmi elles, nous allons retrouver des entreprises d’électricité, de formation, de nettoyage de sécurité et bien sûr de logistique », continue-t-il. L’installation de Réseau Éco Habitat sur ce site est tout un symbole pour Franck Billeau puisque la réhabilitation de ce site industriel est « marquée par notre activité sur plusieurs aspects : ça parle d’environnement, ça parle d’activité économique et aussi de justice sociale. » C’est ainsi que Réseau Eco Habitat a été le premier locataire de ces lieux en installant ses bureaux en 2017 dans les locaux qui accueillaient autrefois les serveurs informatiques de l’entreprise Continental. « Les entreprises implantées ici sont composées de personnes qui croient aux valeurs d’entraide, à la solidarité, à l’environnement, à l’entrepreneuriat et à la bienveillance, précise-t-il. Elles mutualisent leurs services et leurs compétences. Si nous avons besoin d’un électricien, nous allons appeler celui qui est sur ce site ; si nous avons besoin de prestation de nettoyage, nous consultons notre voisin. »