Picardie la Gazette

Le Relais du Vigneron repris par Gautier Bigot

À 28 ans, Gautier Bigot a déjà l’expérience d’un caviste.

À 28 ans, Gautier Bigot a déjà l’expérience d’un caviste. Après avoir obtenu à 22 ans, son BTS de management d’unités commerciales option œnologie à Lille, qu’il a fait en alternance dans une cave à vin de Péronne, il signe un CDI, et reste quatre ans dans ce commerce où il apprend beaucoup. Après mûre réflexion, il décide de s’installer : « Le Relais du Vigneron, situé dans la Plaine Saint-Martin de Ham, était à céder, son propriétaire prenant sa retraite ; nous nous sommes rencontrés en novembre 2018. Cela a été une approche positive et nous avons décidé de nous revoir après les fêtes de Noël. J’ai contacté ma banque et elle m’a parlé d’Initiative Somme que j’ai contacté. J’ai monté un dossier en un mois, dans lequel j’ai parlé de mon expérience, du chiffre d’affaires du commerce existant et de l’accord de ma banque. Je suis passé devant un jury où étaient présents Initiative Somme, trois chefs d’entreprise de Ham ; ils m’ont demandé ce que j’allais apporter, de parler de ce magasin. J’ai dit vouloir un agencement différent et un rayon spiritueux, (whisky, rhum, gin), qui n’existait pas. J’ai conclu que pour moi, c’était une bonne opportunité. Le jury a validé mon projet et un prêt d’honneur de 6 000 euros, sans intérêt, remboursable sur trois ans. »

La clientèle au rendez-vous

Son prédécesseur l’a accompagné pendant un mois pour lui présenter ses clients. Gautier a gagné une clientèle plus jeune grâce à ses spiritueux. Les clients sont des particuliers, des entreprises, des comités d’entreprises, des comités des fêtes, des mairies, clubs sportifs. Beaucoup viennent des alentours de Ham, entre 10 et 40 kilomètres, donc de l’Oise et de l’Aisne dont la ville est très proche. Le commerçant propose des paniers garnis pour Noël, et, chose très rare, il vend du whisky et du rhum en vrac ; le client apporte son contenant et le prix de vente est donc moins élevé.

Depuis que Gautier Bigot a repris le magasin en avril 2019, il a fait 365 000 euros de recette. Il n’a pas d’employé pour le moment. Fermé pendant un mois et demi, il a continué à travailler en livrant des clients à domicile et a pu rouvrir le commerce un peu avant le déconfinement du mois de mai, ayant eu une autorisation de la Préfecture de la Somme. Il réfléchit pour ouvrir une deuxième cave, mais chaque chose en son temps.

Exit mobile version