Restauration

La T’iote Auberge propose une cuisine généreuse et familiale

Depuis un peu plus d’un an, Stéphane Robillard a ouvert à Dreuil-lès-Amiens la T’iote Auberge, un lieu convivial où il imagine avec ses trois salariés une cuisine familiale accessible à tous. Une recette efficace dont le succès ne s’est pas démenti à l’issue du confinement.

Stéphane Robillard et toute son équipe ©Aletheia press/ DLP

« J’ai toujours dit qu’un jour j’aurais mon propre restaurant. Un peu avant mes 40 ans, je me suis dit c’est maintenant ou jamais », explique Stéphane Robillard. Patiemment, il visite les établissements à reprendre avant de tomber sur une annonce à Dreuil-lès-Amiens. « Quand je suis rentré j’ai trouvé que l’ensemble était assez daté, mais j’ai tout de suite vu le potentiel », se souvient-il. Au printemps 2019, après avoir bénéficié d’un prêt d’honneur, il ouvre sa T’iote Auberge, un restaurant familial où il développe une cuisine simple, goûteuse et accessible au plus grand nombre.

« J’ai vraiment une approche traditionnelle de ce métier »

Un lieu familial

« Je voulais accueillir les gens dans une ambiance chaleureuse, où l’on se sent bien et où l’on puisse bien manger sans se ruiner. La clé pour cela est de bien choisir ses produits : il faut un bon prix sans jamais transiger sur la qualité. Si la qualité n’est pas là, ce n’est pas la peine »,détaille celui qui a, au départ, choisi la restauration un peu par hasard. « C’est finalement devenu une passion quand j’ai fait mon apprentissage au lycée hôtelier de Saint-Martin », ajoute-t-il. Grâce à ses différentes expériences, il apprend à gérer une équipe en salle et en cuisine. « J’ai vraiment une approche traditionnelle de ce métier, le fait maison est une évidence mais je n’ai pas forcément envie de l’afficher partout, les clients savent quand on ne triche pas », assure celui qui a développé seul le concept de son établissement, du logo à la décoration en passant par les menus.

Trouver une alternative

« Seuls ceux qui ont continué à travailler pendant le confinement peuvent comprendre à quel point cette période a été intense. Au départ je voulais juste trouver une solution pour pouvoir continuer à payer mes factures », se souvient Stéphane Robillard, très ému. Très vite, le restaurateur propose des burgers et des plats à retirer sur place ou à emporter. Le bouche à oreille transforme l’opération en succès jusqu’au déconfinement. « J’étais seul dans ma cuisine. Cela a demandé beaucoup de travail mais j’ai pu compter sur le soutien de ma famille, de mon frère qui a un restaurant à Beauvais et sur mes clients. Je ne les remercierai jamais assez », sourit-il. Lorsqu’il a enfin l’autorisation de rouvrir, Stéphane Robillard préfère attendre quelques jours pour adapter parfaitement son offre. « La mairie de Dreuil m’a donné l’autorisation d’étendre ma terrasse, c’est un vrai plus », poursuit-il. Très vite, la clientèle revient, visiblement heureuse de retrouver l’ambiance chaleureuse de la T’iote Auberge. Une première année forte en émotions et en imprévus qui n’a cependant pas entamé la détermination du restaurateur. « Il faut continuer à se remettre en question, à proposer des choses nouvelles. Il ne faut jamais se reposer sur ses acquis », conclut-il.