Club d’affaires

« Faire du business dans la bienveillance »

Un club Protéine s’est consitué à Amiens, sous l’impulsion d’Estelle Desnain, agent immobilier. Il doit regrouper à terme 15 à 20 personnes ayant des activités différentes.

Estelle Desnain animera le nouveau club d’affaires Protéine d’Amiens. (© Aletheia Press / B.Delabre)

Un nouveau club d’affaires a vu le jour à Amiens : un club Protéine. Animé par Estelle Desnain, par ailleurs agent immobilier, il doit rassembler à terme 15 à 20 personnes, chacune étant le ou la seul(e) représentant(e) de son activité. « Comme dans les autres clubs déjà implantés dans la région, l’idée est bien de faire du business dans la bienveillance », explique Estelle Desnain. Le club est amené à se réunir deux fois par mois, le mardi ou le jeudi en fin de matinée. Les réunions sont suivies d’un moment convivial. « Ce que je souhaite, c’est un club qui soit décontracté et simple et éviter le pompeux », poursuit Estelle Desnain, qui espère que des relations solides se nouent rapidement entre les adhérents. « Au-delà du business, cela permet de sortir de son univers, de s’ouvrir à autre chose, de sortir de sa bulle pour trouver des solutions à nos problématiques. » Les premières réunions, destinées à présenter les membres les uns aux autres, seront suivies de réunions thématiques avec, potentiellement, des intervenants extérieurs. « J’ai déjà quelques idées en tête, assure l’animatrice. Mais je veux surtout que des idées viennent des membres. Qu’ils soient vraiment acteurs. »

Profiter d’un réseau national

Estelle Desnain s’appuie sur le réseau Protéine. Cette entreprise toulousaine apporte des outils pour l’animation des clubs. Elle apporte notamment un logiciel de « Gestion de la relation client » qui assure un suivi précis des mises en relations au sein du club. De quoi s’assurer de son bon fonctionnement, et de la bonne synergie entre les membres. Aussi, le réseau Protéine permet de dépasser les frontières amiénoises. Un club existe à Compiègne, et un pourrait naître à Abbeville. Et d’autres, bien sûr, un peu partout en France. « Il y a, au sein de Protéine, une animation interclubs, argumente Estelle Desnain. Si l’un des membres du club d’Amiens investit à Agen, on pourra lui trouver des contacts… » Bien sûr, cette appartenance au réseau à un prix. La cotisation annuelle est ainsi destinée à rémunérer la maison mère, ainsi que l’animateur départemental et l’animatrice locale.

PARTAGER
Article précédentJoyaux du 7e art
Article suivantDes meubles au parfum de bière ?