Infrastructures

Le port du Tréport poursuit sa mutation

Le Département de la Seine-Maritime vient de débloquer 750 000 euros pour trois projets de modernisation du port. Des fonds qui démontrent l’effort global porté sur cette structure qui doit servir de moteur économique au territoire.

Pêche, commerce et plaisance : le port du Tréport compte sur ses multiples atouts. ©Département de la Seine-Maritime

Lors de sa commission permanente du 27 mai, le Département de la Seine-Maritime a accordé près de 750 000 euros de subvention à la Chambre de commerce et d’industrie Littoral Hauts-de-France, dans le cadre du programme de développement du port du Tréport. Une somme qui doit permettre de voir aboutir trois projets qui impacteront toute la communauté de communes des Villes Soeurs et le Vimeu, de part et d’autre de la frontière. La dynamique portuaire est en effet un important facteur du développement économique local, qui associe étroitement commerce, tourisme, industrie et pêche.

Ainsi, 147 000 euros sont destinés à des travaux d’investissement pour la pêche en 2020. Ils comprennent l’installation d’équipements d’enregistrement au débarquement des captures de poissons pêchés dans les eaux européennes, la modernisation de la potence de débarque et de l’installation de production de glaces. « Ces aménagements participent au travail engagé à l’échelle du littoral pour favoriser la mise en marché des produits de la pêche », explique Alain Bazille, le vice-président du Département de la Seine-Maritime, en charge des infrastructures.

Estacades et nouveaux immeubles

Par ailleurs, 400 000 euros ont été accordés pour les travaux de reprise de l’estacade Ouest. Prévus en 2020, ces travaux prévoient la reprise partielle des éléments de structure et du cheminement piétonnier. Des travaux qui seront complétés par la reconstruction complète de l’estacade, détruite en 2015 par un navire, et qui a notamment fait l’objet d’une souscription auprès de la Fondation du patrimoine. Enfin, 200 000 euros ont été accordés pour participer à la réalisation d’une étude pour la réhabilitation de deux immeubles sur le quai Sud du port de commerce. « Ces immeubles sont destinés à accueillir les bureaux de la CCI ainsi qu’un port center qui sera une place permettant aux riverains et aux touristes de mieux comprendre le fonctionnement du port », explique Alain Bazille.

Un projet pour le territoire

Or justement, cet ancrage territorial du port et le lien nécessaire avec les habitants de la baie sont un enjeu majeur pour l’avenir. C’est d’ailleurs cette idée qui a prévalu quand le Département seinomarin a fait le choix de conserver la compétence de la gestion de ses ports. « La loi NOTRe nous donnait la possibilité de renoncer à cette compétence, rappelle Alain Bazille. Mais nous avons fait le choix de la conserver. Car, pour nous, ces ports qui sont ancrés dans le territoire ne peuvent se gérer que dans la proximité. »

Les budgets débloqués en cette fin mai doivent y participer, tout comme d’ailleurs d’autres chantiers déjà engagés : le réaménagement du môle face à la gare ou encore la construction d’une nouvelle capitainerie en sont un exemple. Et ce n’est peut-être qu’un début, puisque la question du désenclavement du port est aussi toujours sur la table. Ce projet très attendu par les acteurs économiques pourrait modifier considérablement le visage de la communauté de communes des Villes Sœurs. « Nous sommes dans un contexte global, souffle Alain Bazille. Nous devons additionner les projets pour amener le développement que nous attendons tous pour ce territoire qui a un impact sur tout l’hinterland… » C’est à dire en Seine-Maritime et dans la Somme.