Initiative Hauts-de-France

« Nous faisons tout pour que les projets réussissent »

Avec une vingtaine de plates-formes en région, Initiative Hauts-de-France a accompagné et financé en 2019 près de 2 500 entrepreneurs décidés à changer de vie pour se lancer dans la création d’entreprise.

"Ce qui compte, c'est l'effet de levier", explique Alain Mahieu, président d'Initiative Hauts-de-France.

Premier réseau associatif de financement des créateurs d’entreprise – au niveau national, 17 325 entreprises soutenues, 45 741 emplois créés ou maintenus en 2018 –, Initiative France a été imaginé par Louis Schweitzer dans le but de soutenir le dynamisme local. En Hauts-de-France, la fédération compte une vingtaine de plateformes sur les 215 du territoire, ce qui en fait une vraie force de frappe puisque la région représente 13% de l’action du réseau national. Financée par le réseau bancaire, Bpifrance et la Région, les plateformes régionales apportent leur soutien à « celles et ceux qui ont un besoin d’aller vers la création ou la reprise d’entreprise », comme l’explique Alain Mahieu, président d’Initiative Hauts-de-France.

Un accompagnement qui complète ceux qui existent déjà en région, à l’image de l’Adie ou de Réseau Entreprendre, et qui assure un réel soutien auprès des institutions bancaires, parfois peu enclines à soutenir les créateurs sans apport personnel. « Ce qui compte, c’est l’effet levier. On veut ouvrir une porte qui en ouvrira d’autres… Nous avons une complicité avec les autres acteurs car on cherche avant tout à résoudre un problème. Nous allons croire au projet d’une personne et tout faire pour que cela réussisse. Il est difficile d’aller voir une banque sans avoir de l’argent ; en quelque sorte, nous devenons leur apport personnel », détaille Alain Mahieu. Et avec succès, puisque les entreprises soutenues par Initiative Hauts-de-France affichent un taux de pérennité, à trois ans, de 91%.

« L’innovation n’est pas uniquement dans les start-up ! »

Créer à plusieurs, un vrai challenge

« Avant, on créait son emploi pour sortir du chômage. Sur les deux dernières années, on constate clairement que les gens préparent en amont leurs dossiers, mais, surtout, que les porteurs de projets créent souvent à plusieurs. Il ne faut pas croire que l’innovation est uniquement dans les start-up ! » En 2019, près de 21 millions d’euros de prêts d’honneur ont été engagés, pour plus de 149 millions d’euros de prêts bancaires associés, soit 171 034 192 euros mobilisés dans l’économie régionale ; 5 711 emplois directs ont été créés ou maintenus, pour 2 131 entreprises financées. Mais, surtout, les Hauts-de-France ont affiché une croissance de 14% en termes d’entreprises financées, là où la moyenne nationale est de 6%. « C’est une région très performante, avec Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur », confirme Alain Mahieu. Le nombre d’emplois créés est lui aussi en croissance de 25%, tout comme le montant des prêts d’honneur accordés et le montant des prêts bancaires associés (+ 31%).

Booster la création d’entreprise

Sur l’antenne locale de Lille, un quart des créations concerne le secteur des cafés/ hôtels/ restaurants (CHR) – malgré les prises de risques importantes sur ce marché –, suivi par les services et le BTP. Pour intensifier leur rôle dans l’intermédiation bancaire, les plateformes régionales ont lancé, en 2016, jetrouvemabanque.com : les porteurs de projet peuvent stocker les documents nécessaires à la présentation de leur projet, validé ensuite par Initiative Hauts-de-France. Les banques partenaires sont alertées du dépôt d’une nouvelle demande de financement. « Sur l’Oise, nous sommes en train de lancer aussi ce produit. On crée de nouveaux axes », ajoute Alain Mahieu.

 


Le prêt « Initiative croissance »

Soutenu par Hauts-de-France financement, la Région et le groupe Caisse des dépôts, ce fonds régional pour la croissance des PME est un prêt d’honneur (entre 10 000 et 40 000 d’euros) à destination des entreprises de 0 à 50 salariés, qui ont créé trois emplois sur trois ans minimum, sur tous types d’activités sauf l’intermédiation financière, la promotion et la location immobilière. Les objectifs ? Proposer aux dirigeants de TPE une offre d’accompagnement de croissance de leur entreprise, accompagner le développement économique et l’emploi des territoires, mais aussi favoriser l’accompagnement bancaire.