Notaires

La reprise doucement mais sûrement

Nous sortons progressivement la tête de l’eau malgré une épée de Damoclès toujours présente au-dessus de nous. Depuis lundi 11 mai dernier, comme beaucoup d’entreprises, les offices notariaux ont pu ouvrir à nouveau leurs portes pour accueillir du public.

La période d’état d’urgence avant ce 11 mai a marqué une césure dans nos habitudes. Avant nous nous serrions la main, aujourd’hui, nous nous les désinfectons et portons masque ou visière, gants et parfois blouse, respectant les gestes barrières imposés à tout un chacun.

Pendant cette période particulière, nous avons dû apprendre à nous adapter. Cette remise en question a dépassé les frontières et nous pouvons évoquer une réorganisation mondiale sur des aspects tant humains qu’économiques.

En ce qui la concerne, la profession notariale a dû appréhender autrement le service à la personne et la régularisation des actes notariés. La profession a aussi su mettre en œuvre des moyens pour assurer la continuité du service public.

 

Adaptation

À compter du début de l’état d’urgence, il a fallu organiser rapidement les entreprises en télétravail, ce qui n’était pas toujours chose aisée, pour tenter de poursuivre une activité au même rythme qu’avant. Cela a souvent nécessité d’investir dans un matériel approprié. Le rythme a malgré tout été cassé. Le chômage partiel est aussi venu toucher la profession notariale, celle-ci gardant à l’esprit de conserver les effectifs en place. Les conseils continuaient à être donnés, non plus en rendez-vous physique mais soit téléphonique ou par visioconférence. Un numéro national d’appel « 3620 notaire » a été mis en place pour continuer le conseil gratuit. La signature des actes a pu se faire par procuration ou par le système de l’acte à distance lorsque celui-ci pouvait se mettre en place.

Tout cela a pu nous montrer certaines limites car finalement l’activité de nos études notariales a réellement ralenti, beaucoup moins d’actes ont été signés, venant alors impacter l’équilibre économique des structures. Ce virus nous aura tous touchés d’une manière ou d’une autre, la santé humaine et la santé économique ne tenant parfois qu’à un fil. Nous ne sommes que peu de choses à l’échelle individuelle mais nous contribuons tous à ce changement pour parvenir à un nouvel équilibre. Au même titre que tous ceux qui ont contribué à sauver des vies et tous ceux qui nous ont permis de continuer à vous accompagner, les notaires sont à vos côtés.

Chambre interdépartementale des notaires de Picardie