AMF 80

« Il ne faut pas se mentir, il y aura un trou énorme dans les caisses des communes »

Comment les collectivités ont-elles traversé cette crise sanitaire sans précédent ? À quelles problématiques se sont-elles heurtées et quels sont les défis qui les attendent ? La réponse avec Jean-Claude Billot, président de l’Union des maires de la Somme.

Picardie La Gazette : À l’instar des entreprises, les communes ont-elles bénéficié de mesures spécifiques pour traverser cette crise ? Et plus globalement, quel soutien attendez-vous du Gouvernement ?

Jean-Claude Billot : La préfecture de la Somme a décidé de participer financièrement à l’achat de masques fait par les communes [ndlr, qui avaient jusqu’au 2 juin pour les déclarer]. À la demande de l’Association des maires de France, le Gouvernement a mis en place une rallonge de la Dotation globale de fonctionnement, fixée cette année à 27 milliards d’euros contre 26,9 milliards en 2019, pour indemniser les communes sur les coûts supplémentaires induits par le Covid-19. L’AMF a également émis le souhait de pouvoir codifier les dépenses liées à la crise sur un compte spécial et qu’elles soient prises en charge au titre de la santé des populations, c’est à l’État d’assurer les charges de santé et sécurité. Les collectivités demandent aussi à être soutenues dans leur fonctionnement : remboursement de la TVA l’année N, pour relancer l’économie.

Quelles ont été les plus grosses difficultés rencontrées par les communes de la Somme ?

La plus grosse difficulté sans conteste, c’était de réussir à obtenir des masques, les commandes ont vraiment été extrêmement compliquées. À tel point que certaines commandes ne seront livrées qu’en ce début de mois de juin ! L’AMF 80 s’est coordonnée avec les services de l’État, la gendarmerie, le Département : nous nous sommes aperçus que la dotation de masques n’était pas répartie de façon homogène dans le département, avec des surdotations dans certaines communes et à l’inverse certaines qui risquaient de se retrouver sans masques. Nous avons donc organisé une commande de masques avec le Département, qui y a participé financièrement, pour les communes.

Les collectivités vont sortir exsangues de cette crise ?

Il ne faut pas se mentir, il y aura un trou énorme dans les caisses des communes, le coût de la pandémie va être conséquent. Les maires vont devoir de nouveau resserrer les cordons de la bourse et tenter de trouver des pistes d’économies, à mon avis du côté de l’investissement. On estime qu’au niveau national, la capacité d’autofinancement va connaître une baisse de 20%, compte tenu de la diminution des recettes de fonctionnement, de l’augmentation des charges liée au Covid-19. Ce qui m’inquiète, c’est l’augmentation du nombre de chômeurs, et des dépôts de bilan, je pense que le Gouvernement doit l’anticiper, qu’il faut effacer les dettes des entreprises et repartir à zéro. Il faut préserver l’emploi, que les gens ne soient pas dépendants de l’État. Les Départements, déjà en difficulté, vont subir la double peine.

Et concernant les élections municipales, quelle est la position de l’AMF 80 ?

Nous avions demandé le report de cette élection, en septembre, voire au printemps 2021. Mais nous n’avons pas été entendus, personnellement je le regrette amèrement, ces élections n’ont pas été pour certaines communes représentatives et des maires m’avouent ne pas se sentir légitimes… Pour les petites communes ayant un second tour à effectuer, la campagne, au regard des mesures de protection sanitaires à adopter, va être très compliquée. Certaines communes ne trouveront pas d’assesseurs, et l’abstention risque encore d’atteindre un niveau record. Le vote par correspondance aurait été une solution, que nous avions demandée.


La préfète de la Somme Muriel Nguyen a mobilisé plusieurs leviers destinés à soutenir l’action des collectivités territoriales durant cette période d’urgence sanitaire. Dès le début du mois d’avril, les collectivités ont été informées du montant de la Dotation globale de fonctionnement (DGF) dont elles vont bénéficier pour cette année 2020. La DGF s’élève au niveau national à 27 milliards d’euros, l’enveloppe dévolue aux communes et EPCI samariens s’établit elle à plus de 162 millions d’euros, contre plus de 161 millions en 2019, soit une augmentation de 0,8%. 51% des communes (397), connaissent ainsi une hausse de la Dotation globale de fonctionnement en 2020. Les principales subventions à l’investissement (19,6 millions d’euros) sont elles en cours de notification, les avances et acomptes seront rapidement effectués sur demande des collectivités, pour que la mobilisation des crédits leur permette de payer les entreprises dans les meilleurs délais. En complément des modalités habituelles de financement (avances sur les versements fiscaux, facilitation des avances sur le versement du fonds de compensation de la TVA), sont intervenues des mesures de soutien à la trésorerie des collectivités. Les services de la préfecture, des sous-préfectures et de la Direction départementale des finances publiques ont également mis en place un dispositif d’écoute et de suivi pour les collectivités en difficulté.

(C)AdobeStock