Amiens

Des sourires pour la reprise

Un mois et demi après le déconfinement, qu’en est-il de la reprise économique chez les commerçants amiénois du centre-ville ? La Fédération des commerçants d’Amiens dresse un bilan plutôt positif mais craint un troisième trimestre plus désastreux. Une campagne d’affichage a été lancée pour faire sourire et détendre l’atmosphère.

La campagne, en sourire, des commerçants d'Amiens.

Il est trop trop tôt pour établir un bilan économique certain, à l’heure où la vie reprend doucement son cours, partagée entre plusieurs émotions. Mais le redémarrage est enclenché : post Covid-19, les commerçants sont sur le front, avec un état d’esprit positif comme arme mais sur fond d’inquiétude planante. « Le redémarrage se fait plutôt bien, il y a eu beaucoup d’actes d’achats le premier week-end puis le week-end de la fête des mères, constate Gaël Mordac, président de la Fédération des commerçants d’Amiens, qui rassemble 210 enseignes du centre-ville – de la gare aux Halles du Beffroi. Même si ce n’est pas une fréquentation habituelle. Nous avons bénéficié du week-end de la fête des mères et les plaisirs post-confinement. »

Un constat en demi-teinte car il ne reflète pas la consommation habituelle avec des actes d’achats qui ont plus de sens pour le moment. « Nous avons remarqué un recentrage sur la famille notamment avec les anniversaires manqués et l’envie de faire plaisir », remarque-t-il. Et la suite ? Les commerçants restent prudents. « Nous ne pouvons pas prédire et nous avançons au jour le jour. Tout est possible même si beaucoup de commerçants craignent des conséquences plus terribles au troisième trimestre », note Gaël Mordacq. Cette année, les soldes débuteront probablement à la mi-juillet, une façon de soutenir le commerce local d’ici là.

Des sourires

Le déconfinement a été une épreuve, tout autant que le confinement. Mesures sanitaires strictes, distanciation sociale, prise de conscience individuelle, télétravail, locavorisme… tout le monde a du s’approprier ces nouvelles habitudes. Ces dernières restent un frein pour les commerçants. « Depuis le début du déconfinement, nous subissons aussi le télétravail, les fermetures et ouvertures partielles des écoles, les gens ne sortent plus comme avant étant la plupart du temps chez eux, constate Gaël Mordac. Et il y a une perte d’habitude d’aller chez les commerçants et les restaurateurs. »

Dès le début du déconfinement, la Fédération s’est mobilisée. L’objectif ? Rassurer. Elle a organisé une campagne de communication avec les commerçants d’Amiens affichant des sourires sur leurs masques. Le sourire, une façon de reprendre la vie ? C’est en tout cas une campagne pleine de messages positifs impulsant une nouvelle dimension dans cette crise sanitaire avec laquelle tout le monde doit composer au quotidien. « C’est un message de bienveillance, conclut-il. Nous avons aussi 15 000 euros de lots à faire gagner sous forme de tickets chez les commerçants afin de redynamiser le commerce local. »