Entreprises et PGE : 100 milliards d’euros et plus de 500 000 demandes

Après 1 mois et demi, on compte plus de 500 000 demandes pour près de 100 milliards d’euros, pour les entreprises et professionnels dont l’activité économique a été impactée par l’épidémie de coronavirus et la période de confinement. Le PGE a été mis en place en un temps record par les banques avec les pouvoirs publics, afin d’apporter la trésorerie nécessaire aux entreprises et activités du territoire (professionnels, entreprises de toutes tailles).
Une mobilisation exceptionnelle saluée par Frédéric Oudéa, président de la Fédération Bancaire Française : «Nous remercions les collaborateurs du secteur, en agences comme dans les sièges, pour leur engagement exceptionnel dans cette période de mobilisation très intense au service de notre économie. A l’écoute de la grande diversité de situations rencontrées sur le terrain, dont témoignent les chiffres publiés par le ministère de l’Economie, nous continuerons à accompagner nos clientèles d’entreprises pour contribuer au succès de leur reprise d’activité économique. Nous nous joignons en particulier au plan Tourisme avec des mesures spécifiquement dédiées aux PME du secteur dont l’activité saisonnière souffrira particulièrement du contexte».
Des statistiques détaillées sur les PGE accordés sont publiés chaque semaine par le ministère de l’Economie : 66,5 Mds€ avaient été accordés au 7 mai et ce chiffre augmente tous les jours en ligne avec la demande. De plus, près de 20 Mds€ de reports d’échéance ont été accordés pour 6 mois concernant 1,6 M de crédits préexistants à la crise. En volume, 10% de cet accompagnement bénéficie au secteur de l’hôtellerie-restauration, soit quasiment 6 Mds€ des PGE accordés et 2 Mds€ de reports d’échéance. Aujourd’hui, dans le cadre du plan Tourisme, un effort particulier des banques est annoncé pour que les PME du secteur bénéficient de moratoires plus longs (jusqu’à 12 mois) et qu’elles puissent demander, d’ici le 31 décembre 2020, un «PGE saison», basé potentiellement sur les 3 meilleurs mois de l’année 2019, pour tenir compte de leurs restrictions administratives d’activité. Enfin, les banques n’oublient pas les secteurs du sport et de la culture, avec des solutions adaptées aux spécificités de chacun.