Patrimoine

Charpentier PM, l’amour des monuments

L’entreprise parisienne compte trois agences en Picardie : à Abbeville, Laon et Beauvais. Elle occupe 60 personnes qui participent aux plus beaux chantiers de rénovation. Plusieurs d’entre eux se déroulent à Notre-Dame d’Amiens.

L’entreprise intervient aussi sur la chapelle Saint-Jean de la cathédrale d’Amiens (Echafaudage et sol)

Ceux qui ont ou vont avoir l’occasion de visiter la cathédrale Notre-Dame d’Amiens seront sans doute surpris par l’échafaudage de 100 tonnes posé en neuf semaines par Charpentier PM dans le monument à hauteur de l’orgue, qui va être restauré. Il culmine en effet à 44 mètres. L’entreprise l’a conçu pour permettre l’ouverture du portail du Beau Dieu car le chantier qu’elle entreprend va durer 36 mois. Il s’agit en effet de rénover les joints des voûtes, les gravats par exemple seront descendus dans des seaux via des treuils, une dizaine de personnes sera mobilisée.

Conserver l’identité

« Depuis sa construction, qui a commencé il y a 800 ans, personne n’est encore intervenu sur cette partie, explique Michel Danel, directeur d’agence de la Somme. Cela fait une vingtaine d’années que nous travaillons régulièrement ici. On essaie de se dire que c’est un chantier comme les autres mais il est particulier de part la taille de la cathédrale. C’est toujours des mesures énormes. Ce qui fait aussi la difficulté, c’est la construction en elle-même, très équilibrée. A contrario, elle est moins ouvragée que d’autres monuments. » 

À chaque chantier, que ce soit en pierres de taille, moellons, briques, torchis, enduits traditionnels à la chaux… l’entreprise a pour ambition de maintenir le monument en meilleur état possible tout en conservant son identité. Outre à la cathédrale Notre-Dame d’Amiens, elle est intervenue aussi sur l’église Saint-Leu à Amiens, Notre-Dame de Laon dans l’Aisne, sur la mairie de la Neuville-Saint-Pierre dans l’Oise, à la maison de Jules Verne à Amiens, au Musée de Picardie à Amiens, à la Citadelle d’Amiens… 

Elle s’apprête aussi, grâce à un groupement, à démarrer le chantier du château François 1er de Villers-Cotterêts dans l’Aisne, amené à devenir, sous la volonté du Président de la République, la future cité internationale de la langue française. Elle dispose des qualifications 2194 (restauration pierre de taille et maçonnerie des monuments historiques) et 2183 (restauration pierre de taille et patrimoine ancien). Elle obtient ces chantiers via des appels d’offres.

« On essaie de se dire que c’est un chantier comme les autres mais il est particulier »

 

Qualité du travail 

Parfois, elles sont une dizaine d’entreprises à y répondre : « À chaque fois, nous rendons des dossiers les plus fournis possibles, poursuit Michel Danel. Ce qui fait notre réputation, c’est la qualité de notre travail. Une véritable confiance s’est installée. Et puis, ce qui parle pour nous ce sont les chantiers que avons déjà mené… Nous sommes avant tout des tailleurs de pierre. »

Charpentier PM, qui intervient aussi chez des particuliers, compte trois agences dans l’ancienne Picardie : Abbeville dans la Somme, Laon dans l’Aisne et Beauvais dans l’Oise car elle est la région de France qui compte le plus de monuments. Les techniques et les pierres sont différentes. Par exemple, elles sont blanches dans la Somme et jaunes dans l’Oise. Chaque agence dispose d’un atelier de taille. Elle intervient également dans les départements limitrophes. 

Malgré les nouvelles technologies, le travail n’a pas vraiment changé sauf : « L’apport de l’ordinateur pour les plans a fait gagner en temps et en précision. Les treuils sont télécommandés. Nous sommes plus en sécurité sur les échafaudages qui autrefois étaient en bois », conclut Michel Danel, visiblement passionné par son travail. 

L’échafaudage pèse 100 tonnes.