Bâtiment

Aisne, le BTP accuse une forte baisse de son activité

La Capeb de l’Aisne a dévoilé les tendances de l’activité des entreprises artisanales du bâtiment pour le 1er trimestre 2020.

24,1% des entreprises ont maintenu une activité réduite n’exposant pas les salariés aux risques sanitaires.(C)AdobeStock

Sans surprise, la croissance a brutalement chuté avec la crise sanitaire, avec un recul de l’activité de 12% comparé au même trimestre de l’année 2019 (-13% au niveau régional). Les entreprises employant de dix à 20 salariés accusent elles une baisse de 13%, certains secteurs sont plus touchés que d’autres : -16% pour la maçonnerie, -12% pour l’aménagement/ décoration/ plâtrerie, -10% pour l’électricité et la menuiserie. La construction neuve est plus impactée que l’entretien-rénovation, avec une baisse de 14% comparé au premier trimestre 2019. Au niveau national, les permis de construire ont reculé de 1,6% au cours de l’année écoulée, soit 451 500 autorisations, le nombre de logements commencés a lui reculé sur la même période de 1,2% (soit 409 200 logements commencés). L’ancien connaît une baisse plus mesurée, de 10,5% en un an. La trésorerie est en nette détérioration pour 14% des entreprises (contre 14% au premier trimestre 2019), le montant moyen des besoins en trésorerie atteint les 24 000 euros, contre 20 000 auparavant.

Chantiers à l’arrêt et impayés

Dans l’Aisne, plus de 93% des entreprises ayant des salariés ont fait une demande de chômage partiel,  69,6% sont à l’arrêt, 24,1% ont maintenu une activité réduite n’exposant pas les salariés aux risques sanitaires près de 6% poursuivent une activité quasi-normale pour les interventions d’urgence. La principale raison de cet arrêt des chantiers s’explique à 71% par le refus des clients particuliers et à 45% des clients professionnels, publics ou privés de continuer les travaux. Pour 46% des chefs d’entreprise, cette baisse s’explique aussi par la volonté de protéger leurs salariés. 81,4% des dirigeants mettent également en avant les difficultés d’approvisionnement en produits et matériaux par les fournisseurs. Parallèlement, les impayés des clients particuliers progressent eux aussi, avec près de 33% d’impayés, en revanche, peu de retards de paiement sont répertoriés du côté des artisans en sous-traitance.

Comme l’a rappelé le président de la Capeb de l’Aisne José Faucheux : « Aujourd’hui, la priorité des chefs d’entreprise est de garantir la santé de leurs collaborateurs tout en permettant un redémarrage de l’activité de manière sécurisée. (…) La Capeb juge essentiel que les entreprises puissent bénéficier d’aides spécifiques pour couvrir au moins une partie des surcoûts découlant de la mise en œuvre de règles sanitaires (…) alors qu’il est bien souvent impossible de répercuter ces coûts aux clients notamment lorsqu’il s’agit de particuliers. »