Musée de Picardie

Le Musée de Picardie réouvre ses portes

Le Musée de Picardie, classé « Monument historique », a ouvert ses portes au public début mars après des travaux entamés en juillet 2016. L’inauguration officielle est programmée au printemps 2020. Ce vaste chantier a permis d’offrir la possibilité de mener une grande réflexion de fond sur l’identité du Musée de Picardie.

La rotonde de l’Impératrice. Marqueterie, parquets et décors d’origine restaurés.©Thierry Rambaud / Musée de Picardie
Des animations ont été organisées pour l’événement.©Gauthier Gillmann – Musée de Picardie.

Depuis 2016, les architectes qui ont remporté le concours, Catherine Frenak et Béatrice Jullien, pilotent le chantier de rénovation et d’extension du Musée de Picardie. Amiens Métropole, maître d’ouvrage, a donné carte blanche aux architectes qui ont révolutionné l’image du musée historique. « Il reprend des couleurs et offre un nouveau visage, plus riche, plus convivial et plus moderne, en adéquation avec les attentes des visiteurs du XXIe siècle. Le projet de rénovation se caractérise par le grand respect du monument et la subtilité avec laquelle le retour à un état antérieur a été envisagé. Il ne s’agissait pas de livrer un bâtiment qui serait la copie conforme du bâtiment de 1867 mais de conserver ce qui caractérise ce musée prototype et de retrouver ce qui en a été dissimulé au fil des décennies, au gré des goûts et des modes », affirme Laure Dalon, Conservateur en chef du patrimoine et Directrice des musées d’Amiens. Depuis la pose de la première pierre en juillet 2016, les travaux engagés ont permis le dégagement et la restauration des décors peints, la remise en état des parquets, la restauration de la marqueterie du Salon de l’Impératrice, la remise en état des verrières, l’ouverture des baies des salons d’angle, la restauration des salles de la Société des antiquaires de Picardie, la réalisation d’une porte sous tenture dans le Grand Salon, la restauration de la maison Moitié, la restauration des façades du pavillon Maignan, le dégagement et la restauration des décors peints du pavillon Maignan, la restauration et la remise en eau des griffons de la cour d’honneur.

Une rénovation d’envergure

Cette rénovation d’envergure, pour un montant total de 26 millions d’euros, permet à ce musée modèle de retrouver toute sa place parmi les grands musées français. Au total, 11,5% du montant total ont été financés par le Département de la Somme, 16,7% par l’État, 21,8% par la Région Hauts-de-France et 50% par Amiens Métropole. Parallèlement à ce chantier, le projet scientifique et culturel du musée a été repensé au regard des nouveaux enjeux muséographiques sous la houlette de Laure Dalon et des équipes scientifiques de l’établissement. Le Musée de Picardie offre au public un voyage renouvelé dans l’histoire du monde occidental, depuis la Préhistoire jusqu’à l’art contemporain, à travers ses riches collections d’archéologie, de sculptures, de peintures, de photographies et d’installations artistiques, sur un espace agrandi à 5 000 m2. Les quelques 3 000 œuvres ont retrouvé les cimaises après des années ou des décennies d’absence. Ou encore pour la première fois, plusieurs centaines de peintures autrefois conservées en réserve, sont enfin révélées au public.

Un Musée, une Histoire

Considéré depuis son ouverture en 1867 comme étant l’un des plus beaux musées de province, il fut conçu sur le modèle du Louvre de Napoléon III. Véritable palais, ce bâtiment fut le premier en France destiné à être un musée et servit de modèle pour d’autres villes. Depuis sa création impulsée par la Société des antiquaires de Picardie, il rend hommage à la région et à ses hommes illustres : poètes, artistes, militaires, hommes de sciences. Au fil des ans et de l’enrichissement de ses collections, notamment pour accueillir les grands formats du XIXe siècle, le musée s’est agrandi. Sol LeWitt y a réalisé un Wall drawing pour la rotonde du rez-de-chaussée en 1992, Sylvain Dubuisson des vitrines tables. En 2012, le musée a été classé « Monument historique ».