Innovation agricole

Som’ Innove récompense quatre lauréats

En 2019, le Conseil départemental de la Somme lançait la 3e édition de l’appel à projets « Som’Innov » qui vise à promouvoir l’innovation dans le secteur agricole. Les quatre lauréats ont présenté leurs projets à Amiens fin janvier.

« La famille Duparc se lance dans l’endive bio. » crédit photo : DLP pour Aletheia Press.
L’ensemble des lauréats entouré de Laurent Somon, Hubert de Jenlis et Françoise Crété. (C) DLP pour Aletheia Press

« Dans la Somme, l’agriculture est un secteur majeur, mais dans un environnement économique mondial très concurrentiel, il doit se moderniser. Pour répondre aux enjeux d’adaptation, nous avons souhaité accompagner la filière notamment à travers cet appel à projets qui encourage l’innovation », note Laurent Somon, président du Conseil départemental de la Somme. Avec une enveloppe globale de 200 000 euros, ce concours peut accompagner les exploitants agricoles créateurs d’une innovation ou qui souhaitent tester une innovation.

Maîtriser l’irrigation

Premier projet sélectionné, celui porté par Tanguy et Éric Delaporte. Tous deux expérimentent une solution permettant de réguler l’irrigation des champs. « Nous pouvons contrôler l’irrigation des cultures grâce à une application. Celle-ci est reliée à un boîtier alimenté par des panneaux solaires et installé directement sur les enrouleurs », détaille Éric Delaporte. L’accompagnement de Som’Innov leur a permis de concrétiser ce projet qui sera mis en place au printemps prochain.

Nouvelle culture

Installés à Monchy-Lagache, Marine et Thierry Duparc s’apprêtent à lancer une production d’endives bios dans un conteneur de douze mètres de long capable d’accueillir 18 gouttières sur cinq étages. « Cela va nous permettre de mieux réguler l’eau et la température pour accélérer la production. Nous espérons par ce biais produire 750 kg d’endives tous les 18 jours et rallonger la période de récolte », détaille Thierry Duparc. Déjà fournisseurs de Biocoop à Saint-Quentin, père et fille pensent également faire les marchés pour présenter leurs endives directement dans les gouttières. « Le grand public ne connaît pas cette technique, c’est important de leur expliquer notre méthode de travail », poursuit Marine Duparc.

« nous avons souhaité accompagner la filière notamment à travers cet appel à projets qui encourage l’innovation »

Recherche et innovation

Boris Mirvaux, Viannay Patrat-Delon et Albert Nguyen Van Nhien se sont eux lancés dans la culture de chenilles à destination des nouveaux animaux de compagnie – reptiles comme oiseaux. Soucieux de limiter leur impact écologique, les entrepreneurs ont imaginé un système permettant de récupérer l’énergie produite par l’association d’insertion Ozange.net pour chauffer leur élevage. « Le cocon et la peau des chenilles est aussi une source de polymère qui est très recherché pour l’élaboration de bioplastiques notamment », souligne Boris Mirvaux.

Nutrition de qualité

Som’luzerne, une coopérative de matériel agricole (Cuma) regroupant 15 adhérents vient d’imaginer une technique de séchage de la luzerne grâce à l’énergie solaire. « Le foin est ainsi sec en trois ou quatre jours, cela nous permet d’offrir à nos animaux une alimentation de qualité et de ne plus avoir recours à des compléments », se félicite Jean-Luc Choquet.