Evénement

Première Journée Cerfrance Picardie-Nord de Seine

Le président Hervé Demalle et le président délégué Jean-Michel Decherf avec l’ensemble du Conseil d’administration ont proposé une ournée Cerfrance Picardie-Nord de Seine. Une première depuis la fusion des deux entités Picardie et Nord de Seine,qui avait lieu le 20 janvier dernier à Mégacité.

Olivier Torres à gauche pour sa conférence sur l'entrepreneuriat.

Association de conseil et d’expertise Comptable, Cerfrance Picardie-Nord de Seine apporte son expertise et son conseil aux créateurs et chefs d’entreprise. Ils étaient nombreux le 20 janvier dernier à Mégacité pour participer au programme copieux proposé par l’entreprise associative qui a débuté par une présentation du contexte économique agricole, avec une vision à 2030 des perspectives des entreprises agricoles. On y apprend notamment que pour rester dans la course d’ici dix ans, quatre options stratégiques s’offrent aux agriculteurs. Il y a l’avantage compétitivité : produire plus de volumes, l’avantage contractuel : produire mieux, l’avantage système : bio, labels ou l’avantage clientèle : local, digital. Alexandre Tolub consultant chez Peri-G, conseil et innovation, animait à la suite une conférence sur les enjeux environnementaux et la création de valeur ajoutée. Quels sont les effets attendus du changement climatique sur les systèmes agricoles à 50 ans ? De quoi fortement intéresser les agriculteurs présents.

Ouverture de la présentation des actualités Cerfrance Picardie-Nord de Seine.

Un actualité riche pour Cerfrance Picardie-Nord de Seine

Tous ont ensuite rejoint le grand amphithéâtre de Mégacité pour connaître le bilan des activités de Cerfrance Picardie-Nord de Seine avec un point sur la loi de Finances pour 2020, animé par deux experts fiscaux afin de décrypter les nouvelles mesures fiscales qui concernent les professionnels. Au sujet de l’actualité récente, Jean-Michel Decherf, président de Cerfrance Oise et Hervé Demalle, président de Cerfrance Somme ont rappelé que l’Assemblée générale extraordinaire de Cerfrance Somme du 20 septembre dernier a validé le principe d’une fusion avec son homologue de l’Oise. Les deux présidents ont été suivis par leur Conseil d’administration respectif, puis leurs adhérents en Assemblée générale pour la création de Cerfrance Picardie-Nord de Seine. « Nous conservons notre proximité sur nos territoires avec 22 sites en tout et nos services pluridisciplinaires. Cette fusion nous permet d’apporter de nouvelles expertises, de continuer à innover, à être compétitif et à attirer les talents », déclarait Hervé Demalle. Aujourd’hui Cerfrance Picardie-Nord de Seine c’est 9 826 adhérents dont 48% d’agriculteurs et 34% d’artisans et commerçants et 6% de professions libérales. Avec 36 millions d’euros de chiffre d’affaires, l’entreprise réalise 70% de travaux de comptabilité et 30% de conseils aux entreprises qu’il soit juridique, fiscal ou patrimonial. « En fait, à deux nous avons toujours le même ADN. À deux, nous souhaitons poursuivre la transformation de nos process et la diversification de nos spécialisations, poursuit Jean-Michel Decherf. Tout en capitalisant sur ce qui nous différencie. »

« créer, c’est aussi être maître de son destin »

Le travail c’est la santé ?

Après un reportage sur le contexte économique et les leviers à actionner en 2020 dans l’artisanat, le commerce et les services, l’assemblée a accueilli l’économiste Olivier Torres. Sa conférence éclairée sur le bien-être du dirigeant dans une perspective d’entrepreneuriat durable a fait réagir l’auditoire. « Les PME sont partout sauf dans les livres, les théories, à l’inverse des taylorisme, fordisme, toyotisme et même uberisme. Moi je suis un Pmiste, je veux théoriser la PME. On en a besoin, concluait le chercheur à l’université de Montpellier fondateur du club Amarok, premier observatoire de la santé des dirigeants. Nos élites n’ont pas le logiciel PME en tête. C’est l’effet Gulliver, on ne se représente le monde qu’à l’échelle des géants. »

Dans son allocution pleine de bon sens et d’humour ce normalien et agrégé d’économie a en effet réussi  à démontrer qu’il existe très peu de théoriciens des PME qui représentent pourtant 99,84% des entreprises en France et créent plus de 10 millions d’emplois. « Il n’y en a en France que pour les grands groupes dont je suis fier. Mais on ne représente souvent le monde que par le prisme des grands groupes, déclarait-il. Pourtant les PME sont essentielles et entreprendre est bon pour la santé. La solitude du dirigeant, le stress et l’incertitude du carnet de commandes ne font pas oublier que créer, c’est aussi être maître de son destin. » Puis de conclure que les facteurs salutogènes d’une bonne santé du dirigeant sont son endurance et son optimisme. Les participants revigorés par l’accent du sud et la ferveur du conférencier ont ensuite eu tout le loisir de se rencontrer et échanger lors du cocktail proposé par Cerfrance Picardie-Nord de Seine.