Santé

Le CHU Amiens-Picardie vise l’excellence

Le 29 janvier dernier, la Directrice générale du CHU Amiens-Picardie Danielle Portal dévoilait le projet d’établissement 2019-2023 du Centre hospitalier. Avec un credo – l’excellence à taille humaine pour chaque patient – décliné en quatre grandes orientations stratégiques.

Le CHU Amiens-Picardie a accueilli en 2019 plus de 774 000 patients. (C) Luminance

 

Comme l’a rappelé Danielle Portal : 2019 aura été l’année de la concrétisation des réflexions et travaux sur l’avenir de l’établissement, couchée dans le projet d’établissement qui court jusqu’en 2023. Un projet élaboré par une centaine de professionnels qui définit les orientations stratégiques du CHU : conforter l’identité du CHU sur ses quatre missions de soins, de recherche, d’enseignement et de gestion de la démographie médicale, garantir au patient la meilleure prise en charge dans un environnement performant de coopération, de formation, de recherche et d’innovation en santé, promouvoir la qualité de vie au travail par l’accompagnement aux changements de l’établissement et par un management au plus près des équipes et enfin développer les outils technologiques et coopératifs de dernière génération pour concrétiser ces ambitions. Avec en toile de fond cinq valeurs : confiance, audace, respect, empathie et excellence.

Bilan et perspectives
Après une année 2019 qui a affiché une légère augmentation de son activité (voir encadré), l’établissement entend poursuivre cette dynamique d’investissement, avec des prévisions de dépenses d’investissement s’élevant à 166 millions d’euros jusqu’en 2024. Le CHU compte sur les mesures de reprise de dettes annoncées par le Gouvernement pour dégager, grâce à un environnement financier « moins contraint », de nouvelles marges de manœuvres. Un plan de retour à l’équilibre financier a été mis sur pied, qui comprend notamment la vente du site Nord de l’hôpital (le parking Zamenhof du site a lui déjà été vendu, pour 1,875 million d’euros). Danielle Portal a également indiqué que la pénurie de médecins urgentistes, anesthésistes et imageurs du Centre hospitalier était en passe de se résorber, « grâce à une politique volontariste d’attractivité et de fidélisation », et avec le concours de l’Agence régionale de santé (ARS) et de la Région, qui a permis de plus que doubler le nombre d’assistants à temps partagé entre le CHU et les établissements de santé, de l’ancienne région notamment. Le CHU ambitionne pour 2020 de doubler de nouveau le nombre de ces assistants, d’accentuer la campagne de recrutement et fidélisation des personnels soignants, et d’accompagner les UFR de Médecine et Pharmacie dans les réformes du 3e cycle et la création de « Docteurs juniors ».

Distinctions
La Directrice générale est revenue sur les faits marquants de l’année écoulée. Comme le lancement de la plate-forme de pédagogie EPIONE-Campus Santé en octobre dernier, destinée à la formation initiale et continue des acteurs en santé, professionnels et grand public, et qui compte déjà 7 720 utilisateurs. Le CHU a également mis sur pied une salle de régulation simulée pour former les personnels du 15, avec l’accueil de la première promotion des futurs Assistants de régulation médicale (ARM). Le Centre hospitalier fait partie des dix établissements français à avoir été retenus pour dispenser cette formation diplômante, rendue obligatoire par le ministère de la Santé.
Côté recherche et innovation, le CHU peut se targuer d’avoir réalisé de nombreuses prouesses : ablation laser de tumeurs cérébrales (1ère européenne) ou pose d’un implant cochléaire sous assistance robotisée complète (1ère mondiale) pour ne citer qu’elles. Autre première : la certification ISO 9001 pour l’ensemble des ses activités de recherche, norme qui apporte « une visibilité renforcée sur le plan national et à l’international ». En 2020, le CHU compte : déployer les projets de e-santé, avec le développement des téléconsultations et de la télé-expertise, constituer un entrepôt de données de santé sécurisé et certifié, continuer à travailler sur la plate-forme PREDICE, « qui déploie les premières briques depuis fin 2019 d’un portail numérique consultable par les professionnels hospitaliers, et à terme par les libéraux et les patients ».
La direction a également rappelé sa politique RSE (bien-être de ses collaborateurs et développement durable avec l’élaboration d’un nouveau plan de déplacement) et salué le travail accompli par l’équipe achats, qui a été désignée en novembre dernier lauréate de la catégorie « Performance de l’achat public » dans le cadre des Trophées de la commande publique et a remporté un 3e trophée Achat santé du réseau des acheteurs hospitaliers RESAH, catégorie « Performance de l’achat hospitalier ».


Bilan d’activité 2019 du CHU
– 774 376 patients accueillis (+2,2% comparé à 2018).
– +2,9% de passages aux urgences.
– -8% pour les séjours de SSR (Soins de suites et de réadaptation).
– +6% pour l’hospitalisation de jour MCO (Médecine chirurgie obstétrique).
– Un taux d’occupation de 87% sur l’ensemble du CHU.
– Un taux de chirurgie ambulatoire de 36,8%.
– Durée de séjour en hospitalisation complète MCO stable, à 5,4 jours.
– 37 millions d’euros consacrés aux investissements.
– 459 recrutements pour le personnel non médical (dont 130 infirmières).


À l’horizon 2020, le Groupement hospitalier de territoire (GHT) disposera de cinq laboratoires (Montreuil, Montdidier, Abbeville, Doullens et Amiens), avec des outils uniformisés de dernière génération. Ce qui va notamment permettre de favoriser les échanges d’analyse et le développement de l’expertise et de rationnaliser les achats : les gains en la matière attendus sont de 3,5 millions d’euros sur sept ans, pour un coût global du projet estimé à 23,5 millions d’euros.