Environnement

Amiens, ville verte

L’Observatoire des villes vertes a rendu public début février son Palmarès. Amiens se positionne à la très honorable 4e place, grâce à une politique environnementale pro active.

Une des richesses d'Amiens : le fleuve Somme. (C)Fotolia

Créé par l’Union des entreprises du paysage (Unep) et Hortis – organisation rassemblant les responsables d’espaces nature en ville sur l’ensemble du territoire – l’Observatoire des villes vertes publie tous les trois ans un Palmarès des villes vertes, sur la base des 50 plus grandes villes de France. Amiens se place pour cet opus 2020 à la 4e position, derrière Angers, Nantes et Metz, et devant Lyon. Amiens remonte ainsi de six places comparé au précédent Palmarès, « grâce à ses actions en faveur de la protection de la biodiversité locale », au rang desquelles l’instauration d’un plan de biodiversité, un plan de gestion écologique des arbres, la gestion différenciée des espaces verts…

Préservation du patrimoine végétal

Sa politique de protection des zones humides, pour laquelle la ville a été labellisée Ramsar en 2019 (Amiens fait partie des 18 premières villes au monde à avoir décroché le label qui récompense et valorise les actions de gestion durable) a notamment été saluée de même que l’obtention du label APIcité®, décerné pour ses actions en faveur des abeilles et autres pollinisateurs sauvages et la pratique de l’éco-paturalisme. Comme l’a rappelé la municipalité par voie de presse : « La préservation du patrimoine végétal d’Amiens et son développement dans les espaces publics font partie des priorités de la ville. » La preuve en chiffres : sur 5 000 hectares de superficie, la ville dispose de 770 hectares d’espaces verts – dont 282 hectares de parcs, jardins publics et squares et 300 hectares de bois et forêts. Mille-deux-cents arbres ont par ailleurs été plantés avec l’arrivée du Bus à haut niveau de service (BHNS), et le nombre de kilomètres de voies végétalisées a dans le même temps fortement augmenté, pour représenter 24% des axes de circulation.

La ville alloue 14,1 millions d’euros aux espaces verts – sur un budget total de 286 millions d’euros -, soit 4,9% (contre 1,3% en moyenne), et dépense 104 euros par habitant pour ses espaces verts, contre 76 euros pour la moyenne nationale. Des citoyens sensibilisés à la nature via plusieurs opérations comme « Permis de fleurir » qui contribue au verdissement de la ville grâce à la végétalisation des rues, ou le festival Art, ville et paysage qui valorise le patrimoine vert amiénois auprès des habitants et touristes.