Textile

Un atelier coopératif forme à la couture

Depuis novembre 2017, l’atelier coopératif Jean-Luc François a ouvert à Ham un programme de formation d’excellence aux métiers de la mode destiné aux adultes. Ce sont des groupes d’une douzaine de personnes qui bénéficient d’un programme de 400 heures.

Blouses blanches et cheveux attachés sont de rigueur

L’association Jean-Luc François, basée à Pantin depuis 2010, a décidé de créer une annexe en province : l’atelier coopératif Jean-Luc François. Cette annexe se compose d’un organisme de formation d’excellence aux métiers de la mode destiné aux adultes, et d’un espace de co-working.

Cet atelier coopératif situé en plein cœur de la ville a pour but de rendre les métiers de la mode accessibles à tous, la ville de Ham et sa région étant marquées par son héritage textile. C’est un savoir-faire à la française à transmettre. « Les grandes maisons et les ateliers de créateurs peinent à recruter des salariés formés aux exigences des métiers très techniques », explique le styliste Jean-Luc François, qui est accompagné d’une chargée de mission, d’une formatrice et d’une responsable de production. Cet artiste pluridisciplinaire et créateur de mode a travaillé dans de grandes maisons de couture telles qu’Yves Saint-Laurent et Christian Dior et soutient les métiers d’art ainsi que les secrets d’un savoir-faire.

Des parcours personnalisés

L’atelier coopératif Jean-Luc François propose des sessions de formation qui peuvent accueillir un groupe allant jusqu’à 12 personnes qui bénéficieront d’un programme de 400 heures. Dans cette démarche de qualification, ce sont des personnes, pour la plupart éloignées de l’emploi ou en reconversion professionnelle qui profitent de ces formations. Il propose également des formations individuelles dans le but de développer les compétences pour des personnes désirant se perfectionner, en reconversion professionnelle ou pour créer leur propre activité en indépendant.

« Si nous formons principalement à des actions visant les métiers de mécanicien(ne), modèle, opérateur(trice) de finition, retoucheur(euse), la formation apprend les principes fondamentaux de la couture : la minutie, la propreté, la patience. Certaines personnes ont ensuite retrouvé un emploi dans d’autres secteurs qui demandent les mêmes exigences telles que les usines de flaconnage et autres entreprises qui demandent un travail de précision », fait remarquer Jean-Luc François. En ce début d’année 2020, un projet économique, social et solidaire va se mettre en place. Quatre bénéficiaires du RSA ou demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi vont pouvoir suivre un processus de formation qualifiante. Ce projet est financé par la Drac, la Région des Hauts-de-France et des financements privés. Les stagiaires vont réaliser des créations textiles et des habillements de pièces uniques, aidés et  accompagnés par deux créateurs de modes (Snob System et Esther Bancel) et deux entreprises fabricantes de tissus et dentelles (SAS manufacture française du textile et dentelle Sophie Hallette) sur le territoire régional. Ces personnes vont profiter d’un parcours adapté à leur projet. Elles iront également visiter ces entreprises, des ateliers et le musée de la dentelle de Caudry (59), avec des échanges sur les techniques de fabrication de teinture et de tissage. Leurs pièces réalisées et le déroulé du projet seront ensuite exposés au musée de la dentelle de Caudry.