Retour sur le premier Campus experts-comptables Hauts-De-France

Le premier Campus experts-comptables Hauts-de-France a eu lieu à la Cités des congrès de Valenciennes les 13 et 14 novembre derniers. Le temps fort de ces deux jours était la soirée de mercredi, entamée par la cérémonie de prestations de serments. Cette année, un seul campus experts-comptables a eu lieu, rassemblant les cinq départements de […]

Un espace exposition permettait aux participants de faire une pause.

Le premier Campus experts-comptables Hauts-de-France a eu lieu à la Cités des congrès de Valenciennes les 13 et 14 novembre derniers. Le temps fort de ces deux jours était la soirée de mercredi, entamée par la cérémonie de prestations de serments.

Cette année, un seul campus experts-comptables a eu lieu, rassemblant les cinq départements de la région à la même date et au même endroit : les 13 et 14 novembre derniers, à la Cité des congrès de Valenciennes. C’est en réalité la deuxième fois que cela arrive. Si ce rapprochement anticipe la fusion des deux régions ordinales prévues en 2021, Pierre Giroux, président du conseil régional de l’ordre des experts-comptables Picarde Ardennes, a rappelé qu’un événement commun avait déjà eu lieu en 2011, sans « aucun enjeu territorial » cependant.

Le numérique au cœur du sujet

Plus de 600 experts-comptables étaient inscrits pour assister à ces deux jours d’ateliers-formations sur des thématiques juridiques, sociales voire numériques. En témoigne la conférence qu’à tenu Cécile Dejoux sur « Le management à l’aire des mutations numériques et de l’intelligence artificielle ». La professeur des universités au Cnam a présenté tout le bien qu’elle pensait de la mutation numérique des métiers, celui d’expert-comptable compris. Selon elle, le numérique peut renforcer la communication, car les connexions impliquent que l’individu ne soit jamais seul. Le manager serait alors plus enclin à être félicité et à féliciter son prochain pour chaque avancée. « Le secret n’est pas de vouloir tout changer d’un coup, mais d’identifier des points irritants pour y remédier ensemble, dans la logique du test and learn : on a le droit de se tromper, mais il faut se tromper vite et rebondir », a-t-elle insisté.

Une féminisation du métier

Après son intervention a suivi la prestation de serments des jeunes experts-comptables rejoignant l’ordre. Ils étaient 51 cette année (dont 21 en Picardie et 29 dans le Nord-Pas-de-Calais). Cinq d’entre eux ont été distingués pour la qualité de leur mémoire, recevant un prix allant de 500 à 1 000 euros. Parmi eux, deux femmes. I » En une soirée, 5% des effectifs de la profession a donc été renouvelé. Preuve que la profession survit malgré la mutation numérique du métier. Dans sa conférence, Cécile Dejoux l’a rappelé : « L’intelligence artificielle est un véritable appui, elle augmente les compétences de l’homme, le remplace pour certaines taches, mais pas toutes. »