Les copeaux, avenir du bois

Implantée à Fourdrinoy, entre Abbeville et Amiens, l’exploitation Picardie Forêt Environnement abat et exploite les arbres de A à Z. Elle assure aussi le débardage de bois et le broyage pour en faire des copeaux destinés notamment aux chaufferies.

Les plaquettes ont diverses utilisations.

L’exploitation forestière Picardie Forêt Environnement abat et exploite des arbres à Fourdrinoy, au lieu dit la Ferme de Temfol. Elle est gérée depuis 2008 par Didier Conversant. Il est épaulé par son fils Alexandre. Ils rayonnent sur 80 km autour de leur commune.

Grosses chaufferies

Parmi leurs activités, l’achat et la vente de grumes, des estimations gratuites, la vente de bois sur pied ou de taillis, le commerce et la livraison de bois de chauffage sec toutes dimensions et toutes essences, l’abattage d’arbres difficiles, le broyage des branches pour obtenir un espace propre, le débardage de bois… Cette dernière activité est réalisée à l’aide de tracteurs forestiers, qui permettent de mettre le bois en bordure de route. Ils sont numérotés et placés par catégorie que le transporteur pourra enlever facilement. Picardie Forêt Environnement collabore avec des particuliers, des communes… Le gérant a aussi investi dans un broyeur permettant de valoriser les bois de qualité médiocre et les branchages et d’en faire des plaquettes et des copeaux, utilisés pour alimenter des chaufferies mais aussi servant à l’entretien des jardins en paillage, à des prix défiants toute concurrence (30 euros le m3) : « Ce bois énergie est utilisé pour les grosses chaufferies, en majorité en région parisienne, explique Didier Conversant. Via une société, nous allons alimenter la future chaufferie d’Amiens. Nous n’avons pas le choix que de nous tourner vers les copeaux et les plaquettes car les débouchés dans notre métier sont moins nombreux. Nous ne travaillons plus avec les papeteries et la vente de bois de chauffage continue de baisser. »

Economique

Naturels, les copeaux sont aussi très économiques. Une tonne de plaquettes coûterait moins de 100 euros et correspondrait à 400 litres de fioul domestique. Toutefois, l’installation d’une chaudière bois n’est pas accessible pour tous les budgets. Pour Picardie Forêt Environnement, cette activité demande d’importants et réguliers investissements qui lui permettent donc de perdurer. « C’est une chance, poursuit Didier Conversant. Nous apprécions également le peuplier. C’est une essence qui est très utilisée par différentes usines, qui déroulent les arbres en fines lamelles pour en faire notamment des boites à fromage, des palettes, des cageots d’emballages et même des objets artistiques. » Rien ne se perd dans le bois.