Philippe Dessertine donne sa vision du monde

Économiste et universitaire, Philippe Dessertine a donné, à l’invitation du Crédit Agricole Brie Picardie, une conférence très intéressante sur « Changements de mondes, quelles opportunités ? » à Oust-Marest. Les auditeurs étaient nombreux. Près d’une centaine de chefs d’entreprises venus de la Somme se sont laissés emportés par la fougue de Philippe Dessertine au Carré des Affaires […]

L’économiste a captivé son auditoire.

Économiste et universitaire, Philippe Dessertine a donné, à l’invitation du Crédit Agricole Brie Picardie, une conférence très intéressante sur « Changements de mondes, quelles opportunités ? » à Oust-Marest. Les auditeurs étaient nombreux.

Près d’une centaine de chefs d’entreprises venus de la Somme se sont laissés emportés par la fougue de Philippe Dessertine au Carré des Affaires à Oust-Marest. Sans faux tabous, il a développé une captivante intervention sur le thème : « Changements de monde, quelles opportunités ? ». Pour lui, la France est réellement à la traîne concernant les exportations : « Ce sont d’abord les grands groupes et leurs sous-traitants qui exportent. »

De l’art d’exporter

Les chiffres sont là : 450 000 entreprises allemandes commercent avec l’étranger, 420 000 italiennes et… 120 000 françaises car, en Allemagne et en Italie les moyennes et petites entreprises exportent aussi. « Quand on a une politique agressive, on peut être les meilleurs au monde. Nous sommes le wagon qui fait ralentir le train européen, première exportateur au monde. Nous avons suivi la trajectoire inverse de l’Allemagne. En Chine, par exemple, la présence de la France est totalement insuffisante, » affirme-t-il. Le conférencier ajouté que l’avenir se trouvait en Asie : « L’Allemagne l’a compris depuis quinze ans et elle a raison. La croissance est là où il y a de la démographie. C’est pour cela que la Chine va devenir le numéro 1 mondial. Le risque d’accident ce sont les négociations entre la Chine et les ÉtatsUnis sur les accords commerciaux. » Autre pays en pleine croissance de 7 % l’Inde : « La croissance est de 7%. Elle est la cinquième puissance mondiale, elle va passer devant l’Allemagne puis le Japon, » prévoit-il. Pour lui, il faut arrêter de se dire que « pour vivre heureux, il faut vivre caché » en particulier pour pouvoir recruter : « On ne va pas bien quand on vit caché notamment des jeunes qui regardent vers la région parisienne et les autres pays. Les jeunes, eux, pensent toujours que l’herbe est plus verte ailleurs », a appuyé Philippe Dessertine. Malgré le plein emploi, des entreprises ne trouvent pas de personnel : « Cela veut dire que les taux de chômage sont faux et qu’il y a beaucoup plus de travail au noir qu’on veut le dire », a t-il conclu. Pour Philippe Dessertine, il n’y a pas pire que le protectionnisme : « C’est une situation suicidaire ». Toujours selon lui, un nouveau modèle économique va naître du dérèglement climatique. Il ne passera pas par le digital mais par l’algorithmie. Alain Dervillé, responsable du centre d’affaires entreprises du Crédit Agricole Brie Picardie à Amiens, pour le département de la Somme, est à l’origine de sa venue : « Nous sommes très contents. C’est une personne très accessible. Le Vimeu, région pour laquelle nous avons une marge de développement, est un centre névralgique de l’industrie. Nous avons invité des clients et des prospects. Nous comptons 40% de parts de marchés pour les clients entrepris dans la Somme. Nous ne souhaitons pas nous arrêter là d’autant que nous proposons une offre complète à l’international, notamment pour le règlement des factures. Nous avons 16 représentants dans le monde. »