Oise : la suppression de la taxe d’habitation est une monnaie à double facette

Ce samedi, à Bresles, lors de la plénière du congrès, les maires du département ont exprimé leur crainte de perdre un de leurs pouvoirs locaux solides. La Loi de finance 2020 vient de soulager les citoyens en supprimant la taxe d’habitation qui va concerner 75% des foyers du département. En revanche, les 500 élus partagent […]

Ce samedi, à Bresles, lors de la plénière du congrès, les maires du département ont exprimé leur crainte de perdre un de leurs pouvoirs locaux solides.

La Loi de finance 2020 vient de soulager les citoyens en supprimant la taxe d’habitation qui va concerner 75% des foyers du département. En revanche, les 500 élus partagent la même angoisse qui se décline dans la future contribution des particuliers dans l’évolution du territoire.

Coralie Quintin, consultante en fiscalité locale, déclare que ce n’est pas cet impôt qui alourdit les habitants et que ces derniers savent qu’ils doivent contribuer aux investissements de la commune. De même, Michel Arnould, maire de Verberie, pense que les particuliers doivent payer l’impôt, dans des mesures raisonnables et non pas procéder à sa suppression définitive.

Par ailleurs, Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, a essayé de rassurer les édiles en présentant le programme de compensation à cette suppression et a mentionné que les recettes de la taxe foncière et une partie des recettes de la TVA vont être accordées au département.

A rappeler que la réforme devra être définitivement votée en décembre prochain.