Creil dans les starting-blocks

La ville va participer au concours national initié par le site Leboncoin « Ma ville a un incroyable commerce » afin de revitaliser les commerces de centre-ville. Lors d’un marathon de 36 heures, les candidats pourront tester leur projet et tenter de remporter des aides financières pour se lancer.  Avec un taux de vacance commerciale nettement au-dessus […]

278
Pour le maire de Creil (au centre), toutes les opportunités sont à saisir pour redynamiser la ville et son agglomération.

La ville va participer au concours national initié par le site Leboncoin « Ma ville a un incroyable commerce » afin de revitaliser les commerces de centre-ville. Lors d’un marathon de 36 heures, les candidats pourront tester leur projet et tenter de remporter des aides financières pour se lancer. 

Avec un taux de vacance commerciale nettement au-dessus de la moyenne nationale, 24% contre 12,7%, la ville de Creil, lauréate du programme « Action cœur de ville » mis en place en décembre 2017 par le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, n’a pas laissé passer sa chance. « Nous essayons de saisir tous les dispositifs qui sortent et tous les partenaires experts pour redynamiser non seulement le centre-ville de Creil mais aussi toute l’agglomération », confirmait le maire de Creil, Jean-Claude Villemain, également président de l’Agglomération Creil Sud Oise (Acso), lors du lancement officiel de ce marathon inédit parrainé par Leboncoin. Une démarche qui s’inscrit dans une redynamisation globale de l’agglomération creilloise étayée par les projets phares que sont l’arrivée du TGV à horizon 2022/ 2023 ou la création du port fluvial avec projets immobiliers à la clé. Seule ville picarde

à avoir été sélectionnée au côté d’autres villes moyennes dont Morlaix, Valenciennes ou encore Aurillac, Creil souffre du même mal : une zone d’activité commerciale hypertrophiée au détriment d’un centre-ville qui s’étiole.

Une méthode inspirée des start-up

La revanche des centres-villes résiderait dans leur différenciation et ce précieux lien social que seuls peuvent générer les commerces de proximité. Forte de ce constat, la célèbre plate-forme fréquentée par des millions de Français, en partenariat avec les agences Auxilia et Visionari, a initié ce concours permettant de tester in vivo un projet commercial ou artisanal. Il s’appuiera sur un réseau d’acteurs publics et privés du territoire, de propriétaires de locaux vides mais aussi de la population appelée à plébisciter en ligne son projet préféré. La méthodologie, inspirée des start-up, repose sur quatre phases : désidérabilité, faisabilité, durabilité et crédibilité. « La seule condition est d’avoir un objectif local. Leboncoin va apporter son expertise du marketplace et du digital », notait Anthony Puppo, consultant chez Auxilia conseil. Les candidats bénéficieront de l’aide de coachs : développeurs du Boncoin, entrepreneurs, banques, partenaires locaux qui se relaieront sur le terrain les 18 et 19 octobre prochains. Pour participer, il suffit de s’inscrire sur le site de la ville ou sa page Facebook. « Il n’est pas obligatoire d’être Creillois, il suffit d’avoir une bonne idée », indiquait le maire qui souhaiterait resserrer le périmètre de commerces creillois jugés « trop épars ».