Congrès réseau Gesica : les avocats vont échanger sur leurs pratiques

Les 31 octobre, 2 et 3 novembre prochains, les avocats membres du réseau Gesica tiendront leur congrès annuel à Chantilly, dans l’Oise. Rencontre avec Christophe Donnette qui préside depuis trois ans ce réseau. Picardie La Gazette est partenaire de ce congrès. Picardie la Gazette : Quels sont les objectifs de ce congrès ? Christophe Donnette […]

294
Après 3 ans de présidence, Christophe Donnette passera à la main à Gérard Gabriel Lamoureux, avocat parisien.

Les 31 octobre, 2 et 3 novembre prochains, les avocats membres du réseau Gesica tiendront leur congrès annuel à Chantilly, dans l’Oise. Rencontre avec Christophe Donnette qui préside depuis trois ans ce réseau. Picardie La Gazette est partenaire de ce congrès.

Picardie la Gazette : Quels sont les objectifs de ce congrès ?

Christophe Donnette : Ce congrès est en premier lieu un moment d’échanges et de formations entre les avocats permettant de faire le point sur l’année écoulée, des projets en cours du réseau et de présenter l’année future.

P.L.G. : Quels seront les temps forts de ce congrès ?

C.D. : Deux axes. Premier axe : des formations juridiques et aux outils numériques seront donnés dès le jeudi matin avec notre partenaire Dalloz, premier éditeur juridique en France, qui nous présentera les dernières évolutions de sa plate-forme. Des rencontres et des formations auront lieu entre les clubs thématiques de Gesica qui permettront aux spécialistes d’échanger sur les dernières jurisprudences et d’organiser leurs actions communes pour les clients. Enfin, nous comparerons les législations et échangerons avec les membres de notre section internationale. Deuxième axe : la réflexion autour d’une table ronde qui réunira des avocats et des journalistes. Ensemble, nous réfléchirons sur les évolutions générées par les nouveaux vecteurs de droit et d’information que sont Internet et les réseaux sociaux. Concrètement, comment gérer les «fakes news» et les conseils juridiques hasardeux donnés sur le net. Cette table ronde, animée par Jérôme Tichitt de BFM Business, accueillera des intervenants de premier ordre.

P.L.G. : Combien d’avocats rassemblera ce congrès ?

 C.D. : Ce congrès accueillera les dirigeants des cabinets Gesica en France et dans le monde. Nous attendons près de 200 participants.

P.L.G. : Pourriez-vous nous présenter le réseau Gesica ?

C.D. : Le réseau international d’avocats francophones Gesica est né en 1978 à l’initiative d’une cinquantaine de cabinets d’avocats, désireux de se regrouper pour offrir, à leurs clients, une gamme de services et de compétences proches d’eux. Aujourd’hui, le réseau continue sa croissance avec une sélection exigeante de ses membres. Il regroupe près de 200 cabinets et plus de 2 000 avocats associés et collaborateurs qui mutualisent leurs compétences et leurs expertises en France et à l’international au service de leurs clients.

P.L.G. : Qu’apporte un réseau, comme Gesica, à des professionnels, à une profession au coeur de réformes menées par le gouvernement et dans un environnement en perpétuel changement ?

 C.D. : Avoir été sélectionné pour appartenir à Gesica, c’est bien sûr bénéficier de services comme la bibliothèque numérique et à des accès privés sur notre site à de multiples trucs et astuces mis à disposition. Mais c’est également et surtout s’engager dans le sens de l’amélioration permanente au service du client. La complexification du droit a rendu nécessaire, pour l’avocat voulant honnêtement et sérieusement répondre à tous les besoins de ses clients, de s’appuyer sur une équipe de confrères spécialisés que non seulement il connaît mais avec lesquels des règles et des habitudes de travail en commun sont établies. L’avocat Gesica est un peu comme le médecin qui va établir les diagnostics de sa compétence, détecter les besoins de spécialistes mais à la différence du médecin, il accompagnera son client chez les spécialistes avec lesquels il constituera une équipe dont le seul but est de faire gagner le client.

P.L.G. : Après trois ans de présidence, vous passerez la main au cours de ce Congrès. Quel bilan tirez-vous de vos trois années ?

C.D. : À titre personnel, c’est un renoncement aux week-end (rires). Plus sérieusement, manager un réseau de plus de 2 000 avocats est une expérience très enrichissante. J’y ai rencontré d’excellents spécialistes. Notre réseau dispose de belles pépites. J’ai surtout fait de très belles rencontres humaines et je suis fier de ce que mon bureau, avec l’aide de notre comité directeur, a pu accomplir. Nous avons créé une plate-forme web qui permet aux clients de trouver en quelques clics l’avocat le plus adapté et le plus proche géographiquement. Des simulateurs renseignent sur le coût prévisible d’une pension alimentaire, d’une indemnité de licenciement, de la façon de déposer une marque… Nous avons structuré des clubs thématiques qui assurent des formations spécialisées aux avocats et leur permettent d’échanger entre spécialistes. Seul regret, nous n’avons pas assez communiqué, mais pour cela il nous fallait d’abord disposer d’un outil Internet de qualité. Mais je sais que mon successeur et toute son équipe vont s’atteler à cette tâche. Il mettra l’accent sur une communication renforcée de notre réseau tant au plan régional que national afin de mettre en avant les compétences multiples de notre réseau et les qualités professionnelles de ses membres. Un développement des outils informatiques sera aussi l’une de ses priorités pour développer et offrir de nouveaux services aux justiciables et permettre un lien plus direct et simplifié du client avec son avocat.